De l’eau pour l’Australie

Je vous emmène sur le chantier le plus impressionnant de toute l’australie trois mille cinq cents ouvriers construisent l’une des plus grandes usines de dessalement au monde pour transformer l’eau de mer en eau potable.
Il n’y a pas 36 solutions pour extraire le sel de cette eau, c’est la seule exactement des pailles géantes seront absorbées 34 millions de litres d’eau par heure d’énormes quantités d’eau les normes et les transporter jusqu’à une usine de traitement conçu pour se fondre dans le paysage grâce à une toiture végétalisée.
Il a, on ne voit pas ça sur les bâtiments industriels, je pense que ce sera un modèle pour l’avenir un projet de construction de 90 km de long.
Ça vient ça y est, on a percé pour empêcher une ville de quatre millions d’habitants de finir à sec.
Je suis au bout du monde dans la très belle campagne australienne cette île continent quasiment aussi vaste que les états unis et pourtant dix fois moins peuplé.
Les deux tiers du pays sont occupées par un désert qu’on appelle la haute bac et la majorité des australiens vivent sur les côtes.
Les terres arides s’étendent à cause d’une exceptionnelle sécheresse qui touche particulièrement melbourne dans l’état du victoria les réserves d’eau de la deuxième ville du pays sont tombées à 27 % pour une ville dont la principale ressource en eau et la pluie la dernière décennie a dû être très alarmante l’eau n’est pas un confort, c’est une nécessité absolue certaines villes ont été vidés de leurs habitants car leurs réserves naturelles d’eau étaient épuisés pour être sûr d’avoir accès à une source d’eau régulière et fiable les australiens ne compte plus seulement sur l’eau de pluie, ils vont fabriquer leur eau potable grâce à l’une des plus importantes infrastructures de l’histoire du pays, ils construisent la plus grande usine de dessalement de l’hémisphère sud une usine à plusieurs milliards d’euros pour extraire le sel de l’eau de mer sur une zone plus grande que le luxembourg.
À 20 mètres sous le fond de l’océan des tuyaux de 30 mètres de haut et un tunnel d’un km et demi vont transporter l’eau jusqu’à l’ usine de dessalement.
L’eau devenue potable sera ensuite distribué à tous les réservoirs de la ville grâce à 85 km de ‘pipeline’.
C’est un projet colossal très chère très compliqué mais qui va véritablement changer la ville lusine qu’on construit en ce moment fournir à melbourne le tiers de ses besoins de notre mission, c’est de réussir à l’intégrer aux paysages australiens avec tout ce que l’usinage unique notamment la partie sous-marine et le tunnel pour acheminer l’eau en espérant que tout marche du premier coup ouvrira une vanne et l’eau de mer transformer en eau potable arrivera à melbourne absolument la bâtisse est situé au sud de la ville à une heure d’hélicoptères.
Je suis en train de survoler basse-côte les plages magnifiques et d’une recouvertes de végétation, on ne s’attend pas à trouver un complexe industriel.
La belle plage de williamson ce et l’emplacement idéal mais présente une difficulté de taille pour les ingénieurs construire le plus grand complexe industriel de ce genre en australie avec un impact minimum sur l’environnement et tout commence à bord de sept plateformes autoélévatrices de la taille de quatre terrains de basket, on va atterrir sur cette plateforme là où le projet de dessalement prend sa source aujourd’hui 60 ouvriers doivent descendre le deuxième tuyau de prise d’eau dans un trou au fond de l’océan.
Ce tuyau d’oeuvre aspirer l’eau de mer comme une paille, il sera relié à un tunnel sous-marin qui transportera l’eau jusqu’à l’ usine.
Le tout sans aucune incidence sur l’industrie de la pêche, on approche de la plateforme.

Bonjour moi cette année bienvenue à bord dany bienvenue sur la plateforme 115 qu’est ce qui se passe ici ce soir ce soir, on va terminer le trou numéro 2 et descendre le tuyau les ingénieurs ont conçu un système de prise d’eau avec le moins de conséquences possibles sur l’environnement.
Les usines classiques de dessalement aspire l’eau à très haute vitesse par des tuyaux et 3 mais ici ça menacerait des milliers d’organismes aquatique les ingénieurs ont donc fait des tuyaux plus grand de trois mètres de large sur 30 mètres de long pour pomper plus d’eau et réduire la vitesse d’aspiration de 75 % ce qui laisse aux poissons le temps de prendre le large.
L’équipe termine de percer un trou de 25 mètres avec une énorme force sous marine.
La voilà la foreuse vient d’être remonté.
Cette énorme machine perfore la roche sous marine grâce à un moteur hydraulique.
Elle peut forer jusqu’à 60 cm par heure.
Incroyable le plus gros problème, c’est de remonter l’engin est de savoir ce qu’on en fait après tellement, il est gros.
Quand, on voit la foreuse, on comprend pourquoi, elle fait des trous aussi gros, c’est d’en tourner sur elle-même, elle pousse l’engin de tout son poids dans le sol et elle perce le fond de l’eau un rythme régulier.
Il est minuit et demi, on ne s’arrête pas pas de pause ou le sait est collective non, on continue l’heure tourne la foreuse a pu faire tomber des morceaux de roche qui risquent d’endommager le tuyaux en acier et en fibre de verre donc avant de le descendre, il faut inspecter des parois du trou avec une caméra, c’est très artisanal non, c’est fait avec une caméra des autocollants phosphorescent des cordes bizarres des noeuds compliqué ça ne se trouve pas dans le commerce ah non sûrement pas, c’est très moche mais attend de voir les images le noeud et bien serré la caméra est bien fixée non non non du scotch du scot du scotch s’en fout un médecin du scot ça suffira.
À partir de la plateforme, il faut guider la caméra jusqu’au trou.
Alors ce qu’on voit sur cet écran, c’est l’intérieur du trou fait par la foreuse.
Ça, c’est une paroi du trou au fond de l’océan tout à fait tout va bien pour l’instant ça va, c’est pas trop mal, on tourne ces bons adam continue de monter, on est content le trou est propre et net pas de cavités visible explorer chaque centimètre du trou, il est content, on va pouvoir remonter la caméra et se préparer à descendre le tuyau à l’aide d’une grue de 300 tonnes l’équipe commence à descendre le tuyau qui lui en pèse 77, c’est pas facile, vous avez vu dans quelle position, il est, il essaie de passer la chaîne autour de la borne jaune ça va leur permettre de soulever le tuyau et de le mettre à la verticale avec une seule grue, il a l’air coincé.
Ça y est, on se prépare les gaves la chaîne est en place 77 tonnes repose sur la grue, on va soulever ce tuyau actuellement à l’horizontale l’éloigner de la plateforme et le descendre dans le trou au fond de l’eau.

La terre est en train de s’ouvrir et sur un trou de trois mètres de diamètre tout au fond de la mer où, on va descendre cet énorme tuyau l’extrémité du tuyau est en fibre de verre, elle risque d’être abîmés si, elle frotte contre le tube en acier, il le guide doucement à la main pour l’aligner avec le tube et commencer à le descendre.
C’est très impressionnant car tout repose sur quelques hommes penchés au-dessus d’une cavité très profonde, il manipule la pièce à la main au rythme de 5 cm par minute, il faudra huit heures pour terminer l’opération après 15 heures intensives sur la plateforme la première partie de l’ usine de dessalement est presque terminé le dernier tuyaux une énorme paille en acier a été soulevée carlier en position descendu dans l’océan où, il sera bientôt en fut définitivement melbourne est une ville en pleine croissance démographique un millier de nouveaux résidents par semaine et puise les réserves d’eau déjà diminué de 70% la ville récupère l’eau de pluie dans dix réservoirs.
La nouvelle usine de dessalement obtiendra son eau par la force pour aspirer l’eau de tuyaux doivent se rejoindre à 20 mètres sous le fond de l’océan.
Des ouvriers ont percé un tunnel de 1600 mètres pendant qu’une autre équipe installait deux tuyaux de prise d’eau le tunnel est placé à quatre mètres 25 des tuyaux, il faut découper un trou de trois mètres 60 dans la paroi du tunnel percée de la roche meubles et relier les deux, on se prépare à entrer dans le tunnel pour parcourir les 1600 mètres sous la plage et sous la servir, on est déjà sous l’océan, on y est rude j’imagine qu’il n’y a pas de toilettes nord bat toilettes zut j’aurais dû y penser avant l’océan et la roche exerce une pression phénoménale sur le tunnel.
C’est pourquoi, on l’a tapissait de 4700 plaques de béton qui l’empêchent de s’effondrer pour relier le tunnel au tuyau, il faut enlever six plaques d’un mètre vingt de large.
Ici, on comprend mieux pourquoi, ils ont besoin de renforcer le tunnel imaginez le tronc qu’il doive découper, il commence ici et s’étend à l’horizontale jusque là donc, ils doivent enlever toutes ces plaques de béton pour faire un trou de trois mètres 60 de long sur trois mètres 62e dans la paroi du tunnel quatre mètres derrière cette paroisse l’adorent, il y a le tuyau, c’est ça, on va percer le mur enlevé les plaques de béton et creuser france paraît sans les plaques de béton le tunnel risque de s’effondrer donc avant de les enlever, il faut renforcer le tunnel avec des anneaux métalliques.
Voilà les renforts, ils sont en acier chaque anneau composé de quatre parties doit être plaqué à la paroi du tunnel mais la seule source d’oxygène pour l’équipe est un manchon en plastique collée au plafond justement à la place de l’anneau pour éviter de bloquer l’arrivée d’air les ouvriers coupe le manchon.
On est à trente mètres sous la mer dans un tunnel, vous avez percer le tunnel, nous aller couper l’arrivée d’oxygène et vous rester hyper cool, c’est normal, c’est comme ça qu’on travaille, c’est la routine pour, nous c’est pas vrai le manchot est coupée dre casper le petit fantôme plus de problèmes d’oxygène.
L’équipe peut maintenant renforcer la paroisse en posant 17 à nos métallique et une traverse horizontale de 7 mètres 20 de long.
Attention le voilà.
C’est atroce ce bruit quelle horreur.
On dirait qu’on vient de couper la testant à quelqu’un qui avait le hockey, c’est très violent attention voilà voilà la no.
Il arrive le véhicule va avancer et pousser la nouvelle mois le but est d’en castrés cette poutre là dedans et d’aligner les deux parties de l’anneau en bas attention le voilà.
Encore un peu voilà la poutre et encastrer encore un peu oui, c’est bon.
On y est j’ai l’habitude qu’est ce que, vous croyez, c’est super, tu vis ça, tu as koupèla envie d’aller aux toilettes après, je vais mourir, je vais mourir.
Reste à poser la dernière pièce et la boucle sera bouclée maintenant que mon côté bien fixés, ils vont insérer la dernière pièce faille est super tout est aligné, on met les tiges, on serre les boulons elano est maintenant opérationnel bravo les gars robben, c’est tout bon en les voyant posé cet anneau, on comprend mieux comment ça marche un anneau après l’autre, ils assemblent une deuxième structure qui va permettre de percer ce côté du tunnel et de rejoindre le tuyau sous la mer les gros complexes industriels sont rarement des merveille d’architecturé et comme, ils sont laids, on veut les cacher, on les parque dans des grandes zones industrielles et on pousse ces zones en périphérie des villes loin des yeux loin du coeur mais en matière de dessalement ce n’est pas aussi simple car l’ usine doit avoir un accès direct à la mer est ici en australie ça veut dire dénaturer des plages magnifiques.
La question est comment construire un énorme complexe industriel en plein milieu d’une belle réserve naturelle au besoin l’usiné de dessalement de jebel ali à dubaï fait partie des plus grandes, elle s’étend sur plus de 300 hectares et détruit trois km de littoral.

L’emplacement idéal pour celle de melbourne à 90 km de la ville et la plage de williamson mais une espèce de pluviers menacé et 124 plantes natif d’australie ville les architectes devait donc à tout prix trouver un moyen de rendre lusine invisible au lieu de la construire en béton et en acier, ils ont trouvé une solution locale les dunes.
Quand, on vous demande de fondre un bâtiment dans le paysage la première réaction est de vouloir le camouflet est ce que, vous avez fait très différents hall a intégré au paysage, c’est la grande tendance actuelle en matière d’architecturé fondre les constructions dans l’environnement, vous avez créé de nouvelles dunes qui enveloppent usines et deviennent partie intégrante du bâtiment oui, elles sont là depuis des centaines d’années, il n’y a pas de meilleure protection, c’est ça les plantes constituent l’isolation idéal pour éviter que la toiture soit attaquée par la corrosion les vingt-six mille mètres carrés vont être recouverts d’une gigantesque toiture végétalisée 7000 tonnes de plantes australienne pour isoler le bâtiment et amortir les bruits de lusine avec un petit bonus comme sur une dune la végétation va protéger la structure du sel extrêmement corrosif.
Quand, on regardera les îles au lieu de voir un gros bâtiment métallique avec un toit plat, on verra une immense étendue de verdure surélevée qui encadrera le bâtiment avec une végétation très dense sur le dessus exactement en plus de ça les angles du toit vont reproduire l’apparence des dunes et la végétation sera la même que celle qu’on trouve pas ici donc, on l’inscrit bien dans son environnement.
Première chose à faire construire une structure en acier galvanisé puis la recouvrir de panneaux de 8 tonnes chacun.
Aujourd’hui l’équipe installe le plus aux panneaux de l’édifice anthony dites moi ce qui va se passer qu’est ce qu’on va faire les gars vont poser un des panneaux du toit, il y en a 4 138 rien pour ce bâtiment.
L’équipe couvre 250 m² de toit par jour et elle a bien mérité son surnom, on nous appelle les faiseurs dhombres parce qu’à chaque fois qu’on pose un panneau, on fait un peu plus d’ombré pour travailler en dessous alors sans plus attendre faisons de l’ombre ok, on y va allez, on y va les gars les boulons de ce côté, je ne le suis pas très utile, je crois ce sont des boulons australien, vous lévis et dans l’autre sens, on s’active à l’aide année, je suis dessus, vous savez l’histoire de l’eau qui tourne dans l’autre sens parce qu’on est dans un autre hémisphère ça doit être pareil avec les boulons qui tourne à l’envers, on pose les bars, on y va les bords, c’est bon pas de problème, tu t’y connais pas vrai j’ai rien compris de ce que, tu as dit mais, je suis dessus qu’est ce qu’il a dit est pour la couche acoustique chaque panneau effet de trois couches la couche supérieure en contreplaqué étanche empêche l’humidité de pénétrer la couche centrale en fibre de verre pour l’isolation thermique protège des températures estivales allant jusqu’à 45 degrés.
Et la couche inférieure plus d’une tonne d’isolation phonique absorbe les ondes sonores réduisant le bruit de 90 à 40 décibels comme dans une bibliothèque.
Si, on coupe une plaque, on comprend comment lusine sera mise en sourdine ses du foin de la paille comprimés pour faire une couche d’isolation phonique de 5 cm d’épaisseur.
3, c’est bon, on a commencé par l’isolation phonique allopass à l’isolation thermique, on déroule et on pousse, c’est comme au bowling.
Ouais, c’est fini le panneau qu’on a fabriqué vient d’être placée au pied de la grue et on va pouvoir le hisser à l’est le panneau est hissé à 25 mètres dans les airs jusqu’aux point le plus haut du bâtiment.
Le panneau est en route et on va courir sur le toit pour le réceptionner, c’est parti, on y va chaque panneau est incliné à un angle de 15 degrés pour reproduire la pente des dunes chaque centimètre carré va ressembler à une plaine couverte de végétation regardez le panneau en appartement de new york tiendrait en dessous sans problème avec cette corde est, je vais tirer sur ce point qui doit rejoindre cet autre point, on va faire pivoter le panneau comme un cerf-volant géant, c’est fou hein, c’est comme poser une soucoupe volante.
Génial dire un peu vers la droite, c’est parfait attention, il descend, c’est bon, il faut monter encore un tout petit peu puis non, je suis dedans, on a fixé un angle ce qui veut dire qu’on peut s’en servir pour faire pivoter le panneau vers le bas est fixé tous les angles avec des boulons.
Une fois le panneau en place la grue peut enlever le cadre le cadre ne tient plus rien et tu peux commencer à redescendre, il laisse derrière lui un énorme panneau, on a fabriqué avec nos petites mains est fixée en pente s’il, vous plaît et qui fait maintenant de l’ombre au dessus de cette incroyable bâtiment, on a fait de l’ombre, je fais toujours de lourdes d’année une toiture végétalisée, c’est bien joli mais ça s’arrose des tubes en plastique enterré sous la végétation vont irriguer le toit avec onze mille litres d’eau par jour seul inconvénient le matériel de pointe entreposés juste en dessous ne doit surtout pas être exposées à l’humidité.
C’est problématique car ce toit irriguées en permanence se trouve juste au dessus de machines particulièrement fragile, c’est sûr ce n’est pas un entrepôt de vieux meubles pas du tout, il faut étanchéifier le toit avec une membrane en caoutchouc, vous devez faire très attention car le moindre trou le moindre accroc et c’est la catastrophe ouais la cata avant de poser la membrane, il faut donc faire la chasse aux fuites et pour ça les australiens ont une technique imparable du grillage à poules le grillage sous nos pieds n’est pas là pour l’adhérence pas du tout, c’est pour déceler les fuites des scellés fuite oui, on trouve la moindre fuite avec ça, c’est magique.
Il pose le grillage sur toute la surface du toit et il déroule la membrane puis, il humidifie chaque centimètre carré avant de faire passer un courant électrique dans le grillage.
Si l’eau passe à travers la membrane, elle provoque un court-circuit et là où, il y à un court circuit, il y à une fuite vont faire passer un courant électrique dans le gris a joué dans le grillage et il va courir surtout le toit s’il ya un endroit où le courant ne passe pas, il y aura un coup sûr et ça voudra dire qu’il ya une fuite, ils ont repéré un trou là bas, il est minuscule un peu même pas le mesurer tellement, il est petit mais, ils l’ont trouvé ça permet de savoir avant de poser l’herbe s’il ya une fuite et après ça, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles, on avait des doutes au début mais ça marche une fois le grillage en place l’équipe et al un centimètre de colle sur le toit pour fixer la membrane j’ai entendu le mot poto poto ça veut dire quoi cela vaut pour dire mon pote ici, il y a un mec et deux poteaux non un poteau ceci comprend rien ok, tu prends la colle moi, je tartine, elle et va chercher son poteau, on les voit, c’est parti, je vais, vous tartinez tout ça oh la la alors j’ai le rythme là n’ont aucun être humain et je n’ai aucun rythme fait une petite danse, il me faut de la musique qu’il faut sentir le rythme la colle prend en 30 minutes juste le temps de dérouler la membrane quelle que soit la végétation qui va pousser sur le toit l’eau d’arrosage ne passera pas tout droit oui l’équipe se sert ensuite d’un rouleau compresseur pour aplatir la membrane et la rendre parfaitement étanche, on l’appela ti pas de bulles d’air pas de défaut aucune chance que l’humidité la terre ou n’importe quoi d’autre s’infiltre sous le toit et interrompre le traitement de l’eau, je vais faire demi tour, c’est bien justin, tu es content sauf le tartinage t’as pas encore le coup de main en 15 minutes une simple toiture en contreplaqué se retrouve entièrement tapissé d’une membrane parfaitement étanche et sans aucun des fais.

L’australie est une île continent et par conséquent, elle a une relation complexe avec l’eau d’un côté, elle en a des tonnes de l’autre cette eau n’est pas potable avec presque 65 mille km de côtes l’australie a plus d’accès à la mer que n’importe quel pays.
Le problème, c’est que cette eau n’est pas potable parce qu’elle contient 3 5% de celles pour extraire le sel lusine de melbourne a recours à une technologie ultra sophistiqué.
Ce n’est pas comme filtrer des halles où des particules car le sel est infiniment plus petits oui le sel est minuscule, on parle au micro, on ne filtre pas des objets, on filtre des molécules oui, on fait d’abord passer l’eau de mer par deux filtres qui la débarrasse des algues et autres particules mais comme le sel se dissout dans l’eau, il est très dur à éliminer, il faut filtrer l’eau sous très haute pression à l’aide de membrane semi perméable qui laisse passer l’eau mais pas le sel résultat une eau débarrasser de son sel à 99 8% ce procédé s’appelle l’osmose inverse, c’est une technologie extraordinaire, vous n’ajoutez pas de produits chimiques ce n’est que de la pression oui comme comprimé l’eau de mer, on comprime l’eau de mer en la poussant à travers la membrane pour filtrer toute l’eau traitée, il faut cinquante et un système d’osmose inverse oupoh smother des structures métalliques 2,9 m de haut contenant chacune 1500 membrane aujourd’hui, on pose le 30e osmoseur.
Michael combien pèses osmoseur 72 tonnes 72 tonnes le problème, c’est que le poids est au milieu du cylindre ce qui n’est pas terrible, c’est comme tenir un verre très fin, il se renverse facilement, c’est ça alors que l’ensemble fait la taille d’un immeuble de trois étages les membranes à l’intérieur font moins d’un micron d’épaisseur et sont faites dans un polymère très friable pour déplacer l’ensemble sur 200 m, il faut se servir d’un vers un mobile.
Ils portent jusqu’à 100 tonnes et permet d’avancer lentement mais sûrement d’un mètre 80 par minute.
C’est une étape cruciale du projet social oui et tout le processus levé poussé stabiliser tout se fait avec avec cette petite télécommande qui a beaucoup moins de boutons que la télécommande de la télé ou même qu’un téléphone portable.
D’abord, on soulève, c’est ça ce que fait michael en appuyant sur le bouton, c’est ajouter de la pression les vérins commencent à lever les 72 tonnes et dans une seconde, vous allez les voir bouger.
Regardez ça marche, c’est bon, on avance, on avance, on avance ça y est.
Les trente deux roues doivent tourner parfaitement à l’unisson pour maintenir la charge en équilibre.
Un écart d’un centimètre au niveau du sol a dévié la roue droite de sa trajectoire, on le voit le chargement a dévié vers la gauche et les roues ne touche plus le sol.
En entrant dans l’ usine la direction a dévié un peu, on va essayer de tout remettre droit et on pourra repartir.
Michael fait avancer très légèrement le côté droit du chargement jusqu’à ce que la route touche terre la décence regardez.
Encore partir.
Et j’aimerais pas que ça me roule sur le pied, il faut une heure et demie pour parcourir 200 m une fois dans les usines pour mettre l’osmoseur en place michael doit aligner les pieds avec 60 trou de boulons, il faut aligner un trou minuscule avec un autre petit rond, c’est ça ça devient sérieux très sérieux, il faut se concentrer aucun problème en gros, c’est le créneau le plus balèze que, vous ayez jamais, vous ce ne sont pas des gros trous regardez mon petit doigt, je le rentre dedans, il y en a quatre sur chaque pied 3 ce côté 3 de l’autre côté, c’est très précis.
Un des pieds n’est pas aligné, c’est trop loin, c’est pas bon regardez les deux traits sont décalées de 3 cm.
Vous imaginez à quel point, c’est frustrant, je m’énerve rien qu’en garant ma voiture j’aurais déjà balancé la télécommande au bout de 30 tentatives michael parvient enfin à aligner les pieds.
On est aligné génial, on commence à baisser.
Mais quinze pièces sont alignés les 60 boulons somparé l’osmoseur est en place tous les chargements sont différents et présente des difficultés différentes celui ci n’était pas facile bien joué bravo fabriquer de l’eau potable dans une usine de dessalement coûte 18 fois plus cher que récupérer l’eau de pluie dans des réservoirs la raison principale l’électricité.
Extraire le sel nécessite une énergie phénoménale.
L’usiné de dessalement de melbourne consommera autant d’électricité par jour qu’une ville de 125 mille habitants sur un projet de cette taille, on n’a pas une ou deux équipes d’électriciens non absolument pas, on a 450 ou 500 électricien sur le site et on a environ 2 millions d’heures de travail avant de pouvoir pomper de l’eau la plupart des usines de dessalement possèdent leurs propres centrales électriques mais le long d’une plage magnifique, c’est tout simplement impossible donc l’ usine va se brancher sur le réseau le plus puissant de la région à 90 km de là grâce à une immense rallonge souterraines.
On regardera tout autour, on ne verra pas de pau tony de lignes à haute tension, c’est exact plus de 80 km de câbles seront cachés sous terre, c’est ça, on ne verra que de l’herbe là où le câble est enterré l’idée, c’est d’alimenter l’usiné en électricité en minimisant l’impact sur l’environnement.
Plutôt que de mettre une ligne à haute tension dans un sol chargés d’humidité, on enterre une gaine en plastique dans laquelle, on glisse le câble le plastique va le protéger de l’humidité.
C’est du matériel de pointe fouet, vous ne pouvez pas juste tirer dessus non, c’est un câble très cher et il est en plusieurs parties, vous faites très attention à la façon dont, vous manipuler ce câble très attention, vous vous faites beaucoup de soucis j’ai passé beaucoup de nuits blanches au début croyez moi la gaine mesure un centimètre d’épaisseur et pèse presque 8 tonnes les ouvriers la met d’abord en position et la recouvre de terre, il insère ensuite le câble par section d’un km 5 le câble est tirée par un treuil à l’avant et poussé par une machine à l’arrière.
Ça demande un énorme effort de coordination de faire avancer le câble avec la bonne pression sans le serrer trop fort et sur une telle longueur le câble est maintenant à mi chemin dans la gaine pour faciliter l’opération une deuxième machine entre dans la danse.
Je vais tourner la clé l’étau va se resserrer comprimer le câble et l’accompagner, c’est ça, on y va attention les yeux, on serre et en tournant la clé les chenilles bouge, elle se resserre, vous entendez ça vient, c’est bon continuer ça y est j’ai entendu un clic ça veut dire que cet engin est synchrone avec cette machine et que le treuil au bout du câble ne tire pas trop fort dessus chaque mètres de câble supplémentaire augmente le risque de frottement avec la gaine en plastique et si, on ne fait rien le câble risque de casser net chaque centimètre parcouru par le câble dans la gaine entraîne plus de frottement ça monte et progressivement le frottement augmentent, il faut appliquer un remède miracle pour relâcher la tension.
C’est génial regardez, on dirait de la lessive liquide, c’est du lubrifiant en fait 100 m, c’est du bruit fiant d’accord pas la peine de faire des blagues graveleuses ok j’y vais.
Il faut bien en mettre partout à tout autour le câble risque de toucher le bord de la gaine donc, il faut bien lubrifié ge mais la dose, c’est pas le moment d’être radin ça peut paraître bizarre mais, c’est très important, c’est capital, vous vous souvenez de la scène dans ghost quoi le film ghost avec le lubrifiant non quand, ils font de la poterie, vous ne, vous souvenez pas, vous regardez trop la télé, je te regarde trop, c’est vrai ça peut paraître absurde mais, je suis en train de réduire le frottement et l’attention du câble n’oubliez pas qu’il doit parcourir plus de 80 km pour relier la centrale électrique à l’ usine de dessalement les réservoirs de melbourne sont à 85 km de l’usi, il faut poser des km de pipelines traversé trois rivières et 38 route pour transporter l’eau de mer transformer en eau potable.
Pour l’instant les ouvriers ont enterré le ‘pipeline’ au fond d’une tranchée mais à 30 km du réservoir, ils ont rencontré un obstacle un canal de 75 mètres de large est essentielle pour l’agriculture locale.
Dans des circonstances normales pour poser un pipe line, on creuse une tranchée et on met le tuyau dedans mais ici, il ya tout un réseau de canaux indispensable à la région et vous ne pouvez pas toucher à ces canaux même pour poser le ‘pipeline’, c’est ça donc si, vous ne pouvez pas traverser la solution, c’est celle de passer en dessous le sol est très meuble dans cette région, c’est parfait pour l’agriculture mais beaucoup moins pour creuser un tunnel.
On y va alors, c’est parti l’équipe se sert d’une machine appelée tunnelier le tunnelier doit atteindre sa cible à 120 mètres de là sans dévier de plus de 6 mm pas de problème dans de la roche dure qui ne demandent que des réglages minimes à l’opérateur mais dans un sol aussi meubles l’engin s’enfonce en permanence et l’opérateur doit le diriger sans cesse pour qu’il reste en piste.
J’arrive j’adore la porte d’entrée le tunnelier n’est plus qu’à trois mètres de la sortie du tunnel.
Expliquez moi, vous avez des mesures de force ici les vecteurs et la direction là, vous avez un bouton marche arrêt qui dit percée en cours, c’est ça quand le tapis fonctionne ça veut dire que la machine est en train de creuser mais la tête du tunnelier qui pèse 13 tonnes le fait piquer du nez et robbie passe son temps à le redresser, vous le piloter en fait, je doit toujours surveiller la tête parce qu’elle peut dévier n’importe quand, il faut toujours l’avoir à l’oeil robbie doit traverser un anneau métallique d’un cm plus large que le tunnelier de mm trop bas 2 mm de la trajectoire.
C’est le moment où tout le monde crie allez robbie pour, vous donner du courage t’arrête pas jamais fonds se rebiffe ans.
On dirait un coureur de fond, il met la gomme, il est dans la dernière ligne droite, on va l’attendre de l’autre côté, il va mener la machine jusqu’à la ligne d’arrivée au bout de la route, c’est bon, c’est bon ça le tunnelier n’est plus qu’à 30 cm de la sortie, on est en voiture et on va de l’autre côté du tunnel pour assister à la percée finale aller rage appuyé sur le champignon.
C’est par là le tunnel, c’est par là et bien sûr robbie est juste derrière la plaque.
Tout le monde dégage, il va percer, il va percer, il est prêt ouais le voilà robbie est en train de percer robbie est l’homme qui traverse les murs le haut commence à lâcher allez robbie et voilà de l’eau, on dirait un monstre innova ville crash comme un dragon tout est en train de céder, c’est de la science fiction toute la plaque commence à bouger, il ya de la fumée qui sort et puis de l’eau attention attention regardez ça va lâcher ça y est ça y est allé robbie.

Ah ah, on a percé, c’était génial tout est tombé d’un coup, c’était énorme robbie a mis la pression à fond la paroisse est fissurée toute la terre s’est effondré est derrière moi voilà santé delarosbil salut tout le monde ça va super après 120 mètres à creuser directement sous le canal, vous avez réussi une percée parfaites au millimètre près ouais bravo félicitations.
Il faut maintenant renforcer le tunnel avec du béton pour l’empêcher de s’effondrer pour ça, on fabrique 40 cylindres en béton de 13 tonnes chacun ont les positionne sur toute la longueur du tunnel et on les en boîte grâce à des vérins.
C’est dingue au lieu de construire un tunnel par petits bouts, vous mettez toutes les pièces en place et vous pousser l’ensemble du tunnel, c’est ça tout le tunnel avance, c’est très puissant oui 39 cylindres sont déjà en place s’apprête à installer le 40e et dernier cylindres, ils ont écarté ces énormes vérins pour faire de la place, c’est là que, je suis en ce moment à cet endroit, il voit insérer le dernier bout et avec deux vérins développant 10 mégas newton, ils vont pousser tout le tunnel vers la sortie.
Voilà le dernier cylindres le tunnel fait 120 mètres de long et ça, c’est la dernière section de 2 mètres 70 des 100, il est au dessus du trou preston de béton.
Ça y est, il là, il va le guider jusqu’en bas le col et au 39e cylindres déjà en place et on va pouvoir commencer à pousser tout le tunnel jusqu’à la ligne d’arrivée.

Tu accèdes les rentes oui, je suis en train de le faire en pause.
Rice est en train d’actionner les vérins, il pousse le cylindre vers le reste du tunnel et resserre l’écart entre les deux pour que le tunnel soit parfaitement ses les regarder.
Il se ferme encore un peu et c’est bon ça se touche le 40e cylindres touche le 39e ce qui veut dire que les 120 m de béton sont prêts à bouger, il faudra encore trois heures pour avancer de 4 mètres est terminée le tunnel 1 millions d’australiens vont pouvoir profiter de l’eau de la plus grande usine de dessalement de l’hémisphère sud qu’il pleuve ou qu’il ne pleuve pas.
Beaucoup de gens ne se rendent pas compte que l’eau n’est pas une ressource inépuisable les habitants d’avoir une grande quantité d’eau potable à disposition en permanence pour toute la ville, c’est une avancée gigantesque oui mais les futures générations ont l’obligation morale de ne pas oublier qu’on manque d’eau et qu’il faut trouver d’autres solutions pour s’en procurer, je pense que, c’est un modèle, il faut assurer au victoria son approvisionnement en eau et nous pensons que cette usine le fera le changement climatique est un problème compliqué partout dans le monde mais pour l’australie les statistiques sont claires avec le temps les températures vont grimper et il pleuvra de moins en moins que l’australie le veuille ou non la question de l’eau fait partie de son avenir ce qui me fascine dans ce genre d’ usine, c’est la manière radicalement nouvelle d’aborder le problème d’un côté, il y à l’infrastructure en elle-même qui donne à la région ce dont, elle a besoin l’eau potable et de l’autre, il y à leur façon de faire transformer un complexe industriel en une merveille d’architecturé durable.