Inondations : menace planétaire

Depuis la fin du xxème siècle les catastrophes climatiques sont de plus en plus fréquentes partout sur la planète la nature, nous a déjà envoyé quelques avertissements ces dernières années, il ya eu beaucoup d’inondations catastrophiques quand l’océan se jettent à l’assaut des rivages tout le littoral est dévasté les grandes mégapoles côtières sont en première ligne face aux inondations régulièrement les colères de la nature y sèment la mort et la désolation ça se reproduira et ce sera de pire en pire parce que le climat change et que la mer monte lentement mais, elles montrent moins de new york à shanghai de tokyo à bangkok les inondations sont les catastrophes naturelles les plus meurtrières riches aux pauvres aucune mégapole n’était pas renié que se passe-t-il sur la planète, on a consommé trop de ressources naturelles , on consomme n’importe comment d’année en année la vulnérabilité des villes augmente inexorablement si le réchauffement climatique est en cause, il ya autre chose qui se détraque la terre descend sans fond school la mer monte des villes s’enfonce, on devra peut être abandonner certaines grandes villes dans le futur alors que faire comment se protéger contre les éléments au furet l’homme et sa soif démesurée de croissance sont, ils responsables , il faut pas attendre une catastrophe pour agir le ce qu’il faut faire, c’est exactement le contraire dire agir avant la catastrophe you have to b en pratique, il faut être prêt à accepter l’imprévisible accepté à bras ouverts l’incertitude dans le monde entier chercheur ingénieur économiste et urbaniste se mobilisent face à cette menace planétaire ensemble, ils tome de mieux comprendre les mécanismes à l’origine des inondations , ils font le tour des solutions possibles et cherche les clés d’un avenir plus serein le 29 octobre 2012 la moitié de new york et dans le noir les pieds dans l’eau le cyclone 110 s’est abattu sur la côte est des états unis et a frappé la ville de plein fouet l’eau a englouti les rues saccagé les maisons remplies les tunnels des courts circuits dans les systèmes électriques provoquent des incendies dévastateurs la centrale électrique de conedison explose alors qu’il se croyait protégé les new yorkais découvre que le riche et puissante métropole est en réalité un fragile château de cartes déjà en 2005 j’avais dit que new york seraient inondés et que la question n’était pas de savoir si cela arriverait mais quand bien sûr ni moi ni personne ne pouvait dire quand exactement mais, je savais que cela arriverait aux yeux et , c’est arrivé le matin les habitants découvrent l’ampleur des destructions nombre d’entre eux ont tout perdu et ne sont pas assurés sandy est fait 53 morts et causé 19 milliards de dollars de dégâts dans le seul état de new york , c’était plutôt flippant de voir arriver sa new york d’habitude, on voit s’agiter et on ne pense pas une seconde que ça puisse, nous arriver , c’était incroyable cette nuit depuis le bout de cette rue , c’était comme une rivière puis, nous arriver dessus et l’a fait, on se serait cru dans un film reconstruire oui mais surtout comprendre voilà ce qui préoccupe les new yorkais au lendemain de la catastrophe ce n’est pas la première fois qu’un ouragan frappe la côte est américaine alors pourquoi s’en dit at-il fait autant de dégâts chaque tempête est différente et le danger de ne pas comprendre où, elle peut impacter la côte ceci est une simulation de l’ouragan samedi pendant sa trajectoire vers la côte est des états unis ici ce sont les vents les couleurs représentent la vitesse des vents, il prend de plus en plus d’ampleur de plus en plus de plus en plus remonte la côte est puis passe au dessus de l’océan soudain, ils tournent vers l’ouest et s’abat sur le new-jersey juste au sud de new york , c’est très inhabituel qu’un ouragan change subitement de trajectoire et tourner vers la gauche les vents qui ont touché new york était très puissant même si l’épicentre de la tempête était plus au sud mais le vent n’est pas le seul responsable des destructions face à un tel cataclysme l’attention se porte avant tout sur les mouvements de la mer et des vagues l’océan est monté bien plus haut que la normale est envahi le littoral s’engouffrant dans les petits ports et les petites rivières et non dans les zones basses vulnérables submergeant tout , il y a eu aussi une seconde vague qui est arrivé de l’océan en passant à travers le détroit de l’ong island et remontant liste river donc deux vagues une venant du nord-est et une du sud qui ont convergé vers new york , c’est la raison pour laquelle la vague a été si hot 100 ces vagues déferlantes qu’on appelait autrefois raz de marée sont filmées par des amateurs et des chasseurs de tempête , ils peuvent ainsi témoigner et aider les scientifiques à mieux comprendre le phénomène , je me revois en train de filmer les vagues déferlant par dessus cette barrière j’aurais jamais imaginé que, je filmerai un jour une tempête de la puissance de sa nul ici même dans ma ville natale de new york une image qui met vraiment rester en tête, c’est quand l’ombre de tempête est arrivée sur la plage de rocco et c’est toute la jouait depuis que, je suis enfant et je les ai vus être détruite en quelques heures , on aurait dit que l’océan entier santé de la les vagues montait inonder l’ensemble de cette zone, on aurait dit un tsunami cette onde de tempête incessantes qui s’écoulait vers l’hérault cowboys cette vague immense que scott apple and soon as me est en réalité baptisée ondes de tempêtes par les spécialistes , on me demande souvent quelle différence , il ya entre un tsunami et le nom de tentes est un tsunami est provoquée par un séisme sous marin le plancher océanique vibre sous l’effet d’un fort tremblement de terre ce qui génère une énorme vague capable de se déplacer extrêmement vive jusqu’à 700 km à l’heure en se rapprochant de la terre, elle prend de la hauteur et de la puissance puis, elle se brise et va s’abattre sur le rivage du faisan quantité de dégâts et de morts schneider d’assassinât ça, c’est un tsunami une onde de tempête est très différente ce sont des vents qui soufflent sur la surface de l’océan et qui pousse les eaux de surface vers la côte ouest crossed l’eau frappe la côte est ensuite monte encore et encore comme une super grande marée ce n’est pas un mur d’eau mais comme , elles montrent de plus en plus, elle peut submerger les digues les plages étaient fermés vers l’intérieur des terres en s’engouffrant dans les rues long de tempête a provoqué plus de dégâts que l’ouragan lui même et à l’instant précis de sa formation d’autres paramètres sont venues accroître sa puissance quel est le niveau de la marée au moment où nouragues, on sera prêts pour 110 étaient marée haute et durant la pleine lune , on s’est donc retrouvé dans une situation où la marée haute était particulièrement hot sous l’effet de la lune quand l’ouragan a frappé l’ampleur de la catastrophe et donc aussi une histoire de timing à quelques heures près l’impact aurait pu être moindre ou pire encore et cela se répète à chaque avis de tempête à new york comme ailleurs bangladesh 1991 cyclone gorki 130000 mme bragg en quatrième et nouvelle orléans qui semble 1,40 à 30,6 milliards francs cyclone nargis 40 minutes à chaque nouvelle catastrophe une question demeure quand aura lieu la prochaine fait les souvenirs s’effacent chez les gens ça fait dix ans qu’un ouragan majeur a douché la côte des états unis willmar en 2005 a été le dernier gros ouragan en date face aux dix ans plus le temps passe entre les tempêtes plus, nous sommes engagés de répéter les mêmes erreurs la mémoire des gens, c’est face après quelques années avec le changement climatique cela pourrait facilement être une tempête centennale qu’est ce que ça signifie et ça ne veut pas dire qu’on va attendre s’entend avant la prochaine tempête ça signifie simplement que chaque année , il y a une chance sur cent que cela se reproduise ça ne semble pas beaucoup mais si j’étais assis dans un avion en attendant le décollage et que le pilote annonce, il y a une chance sur cent que cet avion s’écrase aujourd’hui moi, je quitterais l’avion donc le risque est en effet assez élevé les gens ont besoin de réponses , ils veulent savoir si, c’est quelque chose dont, ils vont devoir se soucier plus souvent les autorités disent souvent oh, c’était un phénomène rare cela ne se reproduira pas mais, je dis non non non cela se reproduira et ce sera de pire en pire , il faut donc anticiper , je aujourd’hui, il est devenu impossible de se voiler la face dans les villes côtières les ondes de tempête sont devenus l’ennemi numéro un nos sociétés bardée de capteurs de simulations informatiques et de polices d’assurance ne suffisent pas à, nous protéger contre ces aléas de la nature mais quelle est l’ampleur du désastre à venir quelles sont les grandes villes les plus vulnérables aux inondations qu’est ce qui les rend si fragile robert nichols éminent spécialiste de la dynamique des régions côtières a mené une vaste étude aux conclusions pour le moins inquiétante ce que, nous avons fait, c’est que, nous avons mené une étude sur l’ensemble des villes du monde et étudié le cas de 136 villes côtières qui en 2005 dépassé le million d’habitants et disposer d’un port , on a alors regardé combien de gens vivaient en zone inondable dit le récurrence de 100 ans , c’est à dire là où le risque d’inondation et de 1% par an et on a vu qu’ils étaient 400 millions à vivre dans ses 136 villes en 2005 et que 40 millions d’entre eux soit un sur 10 vivaient dans ces zones et on a découvert que certaines villes avait de très grandes zones inondables notamment shanghai bangkok jakarta un certain nombre de ces villes étaient vraiment un risque et elle était en asie et en poursuivant ses recherches robert nichol ça fait un constat étonnant citant deux personnes se trouvent en zone inondable ce n’est pas seulement à cause des aléas climatiques une nouvelle donnée s’ajoutaient l’équation un quart de ces 130 civils est réellement en train de couler et je parle de d’affaissement pouvant aller jusqu’à 10 à 20 cm par an soit 1 m tous les cinq à dix ans ce sont des modifications énormes bangkok en est sans doute l’exemple type le centre de la ville s’est enfoncé de deux ou trois mètres au cours du 20e siècle ce qui la rend bien plus vulnérables aux inondations , on installé dans le delta du fleuve chao praya au coeur du golfe de thaïlande bangkok est surnommée la venise de l’orient plus de 2600 km de voies navigables quadrillent la ville de part en part ce qui la rend particulièrement vulnérables ici les habitants ont toujours vécu à fleur d’eau organisant leur activité autour de la rivière mais depuis trois décennies une véritable explosion urbaine a transformé le visage de la capitale ce qui n’est pas sans conséquence sur l’affaissement de la ville désormais les canaux les temples et les habitations traditionnelles côtoient les gratte-ciel les autoroutes et les centres commerciaux ultramoderne dans un enchevêtrement de plus en plus chaotiques depuis les années 80 la ville est passée de 4 à 14 millions d’habitants une croissance foudroyante qui laisse bangkok dans une situation critique si, on regarde 30 ans en arrière , elle pouvait sans crainte utiliser l’eau de pluie et la stocker à la maison mais la pollution est arrivé quand les villes se sont mises à grandir donc les gens ne pouvaient plus utiliser l’eau de pluie comme eau potable et pour les besoins quotidiens alors, ils se sont mis à puiser l’eau souterraine et avec le pompage excessif des nappes phréatiques des problèmes ont commencé à mesure que l’eau souterraine et collecter les nappes phréatiques se vide puis les roches s’affaisse en surface le sol s’enfonce peu à peu dans les rues de bangkok ce phénomène appelé subsidence laisse de nombreux stigmates , vous voyez ça, c’est une preuve de la subsidence, vous voyez que le muret de sécurité s’est déformée ça fait comme une vague cela vient du fait que le mur et ne se trouve pas sur les fondations mais à même le sol tous les ans ou tous les deux ans service des autoroutes apporte du béton pour compenser tout le long de l’autoroute le parapet s’enfonce là où le sol s’est tassée et des affaissements du même type sont visibles dans presque tous les quartiers de la ville voici une autre preuve de la subsidence ce pilier repose sur une base sur des fondations au départ ces deux partis étaient au même niveau mais à cause du pompage des eaux souterraines ces deux partis s’est affaissé dans certaines zones le sol s’est affaissé de plus d’un mètre environ sur une vingtaine d’années ce n’est donc pas uniforme sur toute la zone ça dépend de l’endroit et de la quantité d’eau exploitées oui non par les usines en bleu foncé ici ce sont les zones de bangkok qu’ils sont en dessous du niveau de la mer parce que dans le passé, on a beaucoup pomper l’eau du sous-sol ces quartiers ont été particulièrement touchés par les terribles inondations qui ont frappé la thaïlande en 2011 cette année là une mousson violente a déversé près de 16 milliards de mètres cubes d’eau dans les rues de bangkok des quartiers entiers sont restés immergés pendant plusieurs mois les gens ont vu leurs maisons endommagées leurs voitures emportées fait les agriculteurs leurs terres inondées à la périphérie de bangkok à un moment 12 5% des terres agricoles étaient sous l’eau en thaïlande la thaïlande est traversée du nord au sud par des rivières qui conflue vers le fleuve chao praya toutes les eaux des montagnes du nord cool taxi vers bangkok pour se jeter dans le golfe de thaïlande chaque année pendant la saison des pluies les rivières en crue risque de déborder et la capitale des anges se retrouve au point de confluence des colères du ciel des fleuves et de la mer si les trois sources d’eau qu’on appelle les trois soeurs se retrouve précisément au même endroit au même moment là, on a vraiment un problème la première heure, c’est l’eau qui vient du nord après un lâcher de barrage la deuxième vient du ciel, c’est la pluie qui tombe sur bangkok et la troisième soeur, c’est la marée haute qui arrive de l’océan imaginez un peu quand, on est à marée haute et l’eau du nord arrivent ici, on atteint déjà des hauteurs de 2 mètres 50 à 3 m et si la pluie s’abat sur la ville et deux côtés comment voulez-vous drainé tout ça en asie du sud est aussi le changement climatique aggrave la situation le cycle immuable des moussons et de plus en plus perturbé les régimes de précipitations ont changé , ils sont moins prévisibles or chaque année les villes nettoie les systèmes de drainage à une date précise en fonction du moment où les pluies sont attendues mais les choses ont changé la pluie arrive trop tôt ou bien, c’est le nettoyage des grains qui arrive trop tard si bien qu’en cas de fortes pluies la ville se trouve tout à coup inondées et les gens la communauté le gouvernement personne à ckoi fin d’année en année le risque d’inondation grandi tandis qu’en parallèle bangkok continue de s’affaisser pire à cause des activités humaines la ville est devenue à capable d’évacuer l’eau en excès autrefois bangkok avait tout un réseau de canaux et de voies navigables naturel ce qui pouvait servir de drainage donc l’eau venant du nord cool et à travers bangkok jusque dans le golfe de thaïlande avec beaucoup plus de gens de maisons et d’infrastructures tous ces réseaux de canaux et de rivières sont maintenant bloquer ou ont disparu de ce pays jetez un oeil par la fenêtre à bangkok et regarder les constructions en cours posez, vous la question est-ce qu’ils ont utilisé des modèles hydrologiques tenant compte des inondations lé afin de mesurer l’impact de cet édifice sur ces gens lors des prochaines pluies torrentielles et bien non cela ne se passe pas systématiquement les gens ne sont pas suffisamment informés et non pas assez conscience de ce changement dans le régime des pluies et du fait que ce risque d’inondation puisse passer de 1 % par an à 2% puis à 10 et même 20% par an rue, il y à un manque d’information que ce soit au niveau des entreprises du gouvernement ou de la société civile les plans d’occupation des sols sont en partie responsables de la disparition des voies d’écoulement ici la bétonisation extrême et désorganisée se conjugue donc à la subsidence heureusement aujourd’hui le pompage souterrain est interdit en ville et l’affaissement de bangkok est passée en moyenne de 10 cm à 3 centimètres par an mais le problème a seulement été déplacées juste un peu plus loin les usines ont déménagé vers les banlieues et certaines se sont installés sur le littoral le littoral s’enfonce et cela provoque une intrusion de l’eau de mer à l’intérieur peu à peu la mais regagne du terrain les côtes du golfe de thaïlande s’érode la mangrove protectrice disparaît arraché par l’homme ou détruites par l’érosion ces 40 dernières années l’eau a déjà gagné 5 km sur les terres seul au milieu de la mer un temple résistent contre les flots , il est le dernier témoin du recul de la cote le village qui l’entouraient a dû reculer lui aussi et ses poteaux électriques droits comme des i les pieds dans l’eau sont les ultimes vestiges de sa présence les hommes et les femmes qui l’habitait ont dû déménager plusieurs fois aujourd’hui 400 d’entre eux sont installés ici à quelques km plus au nord sa morne comme sam août la chef du village, on lutte pour sauver l’intégrité de sa communauté les gens sont parties chaque fois que leurs maisons ont été détruites par l’eau mais, nous on va lutter, on ne part nulle part avant, on va fait au niveau du sol mais comme lui est arrivé, on a monté notre maison d’un mètre et puis maintenant de 2 m, on doit suivre le mouvement si les citernes sont sous l’eau, on doit les surélever, on doit s’adapter à la nature vivre avec la nature pour les villageois menacée par les flots témoigner se battre est presque devenu un devoir de mémoire pour que, je mets leur histoire ne sombre dans l’oubli mama le village était à 2 km de la mer , on n’avait pas construit la maison en bord de mer le temple bouddhiste lui livre son dernier combat contre les vagues cette histoire de subsidence a commencé , il y a trente ou quarante ans quand, je suis arrivé ici, il y avait des chemins en terre, il y avait une ferme de crevettes derrière le temple dix ans après, il n’y a plus rien maintenant les talus de protection sont démolis et les agriculteurs sont partis , on a consommé trop de ressources naturelles, on consomme n’importe comment , on a massacré les côtes mais le résultat est là si, on respectait la nature les dommages ne serait pas si grave si rapide et il y aurait des mangroves la disparition du temple est devenu inévitable selon les spécialistes s’il n’est pas mieux protégés, il sera définitivement ou l’outil d’ici 50 ans sur ce temple est un vrai symbole car, il montre que dans le futur, il est possible que l’eau ne s’arrête pas ici mais continue jusque dans la ville jusque dans l’agglomération de bangkok si, on ne fait rien, il est peut-être temps de penser aux protections et de faire quelque chose le golfe de thaïlande n’est qu’un exemple parmi d’autres de zones menacées par la subsidence et le recul des côtes sur les 136 mégapoles les plus à risque une trentaine est susceptible de subir un affaissement important mais peut-on lutter contre ce phénomène dramatique est irréversible pour le savoir, il faut d’abord cerner l’ensemble des paramètres en cause or en plus du pompage et de l’urbanisation à outrance un autre élément fondamental entre en jeu presque toutes les villes qui s’affaisse sont situés sur des delta la dynamique des régions deltaïques que la planète, c’est la spécialité de l’océanographe américain james si vite ce qui les grands deltas sont de très beaux espaces à vivre , ils sont les berceau de notre civilisation , il faut très riche idéal pour la culture et sont au croisement du transport maritime et fluvial , on peut faire 100 km et les variations d’altitude ne seront que de quelques mètres au plus, ils sont donc extrêmement plat et construire une ville sur ses terres plate est très facile mais aujourd’hui ce développement se retourne contre, nous , nous avons mis des instruments dans les rivières placer des instruments dans la mer près des côtes et avons pu observer les mouvements des méandres des fleuves et ceux des sédiments , on ne faisait pas tellement attention aux populations humaines car jamais, nous n’aurions pensé qu’elle puisse jouer un si grand rôle les données des marégraphes suggérait que les deltas s’enfonçait en moyenne quatre fois plus vite que les autres régions donc, nous savions que quelque chose d’incohérent était en train de se passer sur les deltas, on a alors commencé à réfléchir les humains ont des activités et prennent des décisions au niveau du sol pour des motifs économiques , nous ne sommes donc plus face à un système naturel avec un fleuve des sédiments et l’énergie de l’océan mais face au principal protagoniste de l’histoire l’homme l’activité humaine en construisant des villes toujours plus grande dans les deltas l’homme mia fait s’enfoncer la terre plus vite qu’ailleurs mais cette bétonisation à outrance s’étend bien au delà des mégapoles côtière depuis toujours les alluvions charriés par les rivières venait se déposer dans les deltas et contribuer à leur équilibre mais les barrages ont changé la donne sometimes when we dance quelquefois quand, il ya des barrages les sédiments ne peuvent plus arriver jusqu’à là, ils sont prisonniers des barrages et des réservoirs ce qui provoque le recul du littoral inexorablement les côtes des deltas du monde recule partout où de grandes villes se sont installés comme, vous le voyez en 1800 y avait que quelques barrages les points rouges indiquent où sont construits les nouveaux barrages d’abord aux usa japon inde la question des barrages fait partie intégrante de l’histoire aujourd’hui, il existe plus de 45000 barrage à la surface du globe en contrôlant ainsi le débit des fleuves et en puisant toujours plus d’eau dans les sous-sols l’homme abîme peut appeler terres sur lesquelles, il vit et serait donc doublement responsable aujourd’hui s’y ajoutent temps plus de nouvelles activités comme la pisciculture l’élevage de crevettes ou l’implantation d’industries sur le bord de mer des activités économiques qui ne tiennent pas toujours compte de l’environnement de sa liseuse garde les villes situées sur les deltas sont routes menacés cela ne fait aucun doute et elles font partie de cette liste des cent trente civils à risque au fil du temps l’ équilibre naturel des grands écosystèmes fluviaux et de plus en plus manipuler de moins en moins naturel à tokyo, on atteint le summum de cette emprise de l’homme sur son territoire au xviie siècle les autorités ont dévié le fleuve tonné vers l’est afin qu’ils se jettent dans la mer à bonne distance de la ville aujourd’hui seuls des bras de rivière arrive toujours jusqu’à tokyo la baisse n’est en fait plus un delta pourtant avec ses 37 millions d’habitants la mégapole la plus peuplée du monde est toujours sur la liste des villes les plus vulnérables face aux inondations cette menace n’a rien de nouveau cela fait des siècles que les habitants souffrent à intervalles réguliers des invasions de l’eau en plus d’avoir dévié le fleuve principal, ils ont ainsi creusé au fil des années de nombreux canaux pour limiter les crues ce canal de dérivation par exemple a été bâtie, il y a plus d’un siècle pour protéger l’un des plus vieux quartiers de tokyo cette histoire remonte à 1910 un énorme typhon est arrivé ici et il y a eu de graves inondations le gouvernement de l’époque a décidé de creuser ce canal de dérivation pour que la ville puisse se débarrasser des inondations mais la zone située de l’autre côté de la digue du canal étaient complètement rural ces terrains agricoles devait servir de zone tampon et absorber l’eau en excès si la rivière venaient à déborder mais dans les années 30 des hommes et des femmes sont venues s’installer ici énormément d’eau a ensuite été pompés notamment pour l’industrie entraînant comme à bangkok un affaissement des sols de plusieurs mètres et donc toute cette zone ici est aujourd’hui deux à trois mètres plus bas que le niveau de la rivière donc le niveau de la rivière correspond en fait au niveau du premier voire du deuxième étage de ces maisons, c’est un sérieux problème pour, nous un véritable castex aujourd’hui 1 million 700 mille personnes habitent ce quartier 220 km² situé sous le niveau de la mer une surface plus grande que la ville de paris et qui représente un cinquième du centre de tokyo ici, nous avons un poteau avec différents repères la plus haute inscription indique que le niveau actuel des berges de la rivière est plutôt au est à deux mètres au-dessus de ma tête leur père indique où se trouvait le niveau du sol originel de 1918 ensuite le niveau moyen de la mer actuel se situe ici mais toujours plus haut que moi ce qui veut dire qu’au niveau du sol où , je me tiens en ce moment, il ya un risque depuis les années 70 le japon a interdit le pompage des eaux souterraines dans les grandes villes mais le mal est fait une fois le sol affaissé, il ne retrouvera jamais son niveau d’origine plus inquiétant encore aujourd’hui tokyo continue de sombrer mais pour une toute autre raison dans l’archipel nippon les tremblements de terre sont particulièrement fréquents en surface , ils causent bien sûr des dégâts considérables mais en profondeur , ils sont à l’origine d’un autre phénomène bien connu des géologues des sismologues la liquéfaction du sort à voir la liquéfaction est un phénomène qui se produit dans les zones de sable meubles , on trouve du sable meubles le long des côtes ou dans les zones artificielles gagner sur l’eau, nous avons donc un tissu granulaire de sable qui n’est pas solide et qui est complètement saturé d’eau en cas d’importants séismes le support sableux perd subitement toute sa résistance et se liquéfie littéralement sous l’effet de la pression le sable et l’eau remonte à la surface et les bâtiments s’affaisse comme dans des sables mouvants , on a donc une grande quantité de sable ce qui va être éjecté et dont, il va falloir se débarrasser et une fois la masse de saab éliminés, on voit très clairement l’affaissement du sol partout les rues et les trottoirs s’enfonce fragilisons les fondations des grands édifices et des maisons comme, on peut le voir ici ces murs sont tous penchés et on peut voir que le niveau du sol d’origine est , elle à la subsidence a dû être d’environ 20 cm en rouge sur cette carte de la baie de tokyo figurent les quartiers qui risquent de subir la liquéfaction toute la zone portuaire est concerné airria dans cette zone de remblais le niveau du sol et bas car, il a été aménagé, il ya 100 ans sans que des contre mesures soient prises pour éviter la liquéfaction du sol or dans cette zone artificielle gagner sur l’eau, il y a énormément du sinn chimiques qui sont venus s’installer un peu partout l’enquêté cette zone industrielle construite sur des remblais au ras de l’eau est une véritable bombe à retardement depuis le tsunami de 2011 et l’accident nucléaire de fukushima les japonais ont compris que les risques pouvaient se conjuguer séismes tsunamis liquéfaction onde de tempête une catastrophe naturelle peut très vite entraîner des désastres en cascade dans cette zone portuaire que se passerait-il si une vague géante projetait ses immenses containers contre les usines chimiques la ville de tokyo est, elle suffisamment préparés tokyo a sombré de quatre mètres durant le xxème siècle pas toute la ville 1 mais la partie construite sur le delta autour du port qui s’est affaissée parfois de 4 m osaka au japon a descendu de 3 m tianjin de 2 m shanghai s’est enfoncé de trois mêmes issus jakarta en indonésie connaît une subsidence de quatre mètres et continue de s’enfoncer rapidement aujourd’hui manille a perdu probablement un maître calcutta et dhaka, on ne sait pas exactement mais, elle s’enfonce assurément la nouvelle orléans s’est enfoncé de plus de trois mètres et continue de s’enfoncer à vancouver au canada , il ya des zones qui se sont affaissées de plus d’un mètre donc toutes ces villes que, je viens de citer deviennent de plus en plus vulnérable aux inondations côtières à cause de leur affaissement sans aucune considération des autres paramètres problème, nous avons un autre problème qui est probablement le pire, c’est la hausse du niveau de la mer en raison du changement climatique le niveau de la mer a déjà augmenté d’environ 20 centimètres depuis la fin du 19e siècle et cette hausse s’est accélérée et l s’accentuera encore en raison du réchauffement climatique en cours stefan rahmstorf et océanographes et l’un des plus grands spécialistes du climat pour lui la hausse des océans est largement sous-estimée et aura un impact colossal sur les villes côtières en particulier en asie où la montée des eaux sera plus importante à cause des courants marins et atmosphérique warum pourquoi la mer monte, elle il y a deux raisons principales à cela d’abord avec le réchauffement climatique les eaux se dilate parce que l’eau chaude occupe plus d espace et deuxièmement la glace qui se trouve à sur les continents, c’est à dire les glaciers de montagne où les calottes glaciaires du groenland et de l’antarctique fondent et ça fait monter le niveau de l’océan en proportion selon les prévisions les plus pessimistes le niveau des mers pourrait grimper de près d’un mètre d’ici la fin du siècle quand, on est un profane, on pense peut-être qu’une élévation d’un mètre du niveau de la mer n’est pas un problème surtout lorsqu’on se trouve sur une plage partant kyle le véritable danger apparaît au moment des ondes de tempête une onde de tempête montrent bien évidemment plus haut quand, elle commence déjà à un mètre plus haut à cause de la montée des océans , il y a moins de frottements sur le fond de la mer dans l’eau est plus profonde et ceci augmente encore très fortement le danger des ondes de tempête , nous allons probablement perdre des villes côtières en raison de la montée de la mer parce que, nous ne pourrons pas les protéger si, on considère le xxème siècle pour la plupart des villes l’affaissement a été bien plus important que la hausse des océans induite par le climat parce qu’on parle de mètres de différence alors que le niveau de la mer à monter peut-être de 17 à 20 centimètres durant le xxème siècle au 21ème siècle , on attend une hausse bien plus importante du niveau de la mer qui affectera toutes les villes côtières et pas uniquement celles qui connaissent de la subsidence donc la hausse des océans au 21e siècle sera bien plus importante que ce qu’on a connu historiquement bas historique la subsidence et la montée du niveau de la mer aggrave la situation dans le même sens donc même si, on arrive à résoudre la question de l’énergie du réchauffement climatique , on aura toujours le problème des sols ces deux phénomènes ont des causes différentes certes lié à l’homme, elle mais sans rapport entre, elles certaines grandes villes sont-elles dès lors condamné à disparaître au cours des prochains siècles la subsidence et le changement climatique sonneront, il le glas de l’urbanisation galopante le long des littoraux malgré la menace malgré les incertitudes sur l’avenir la boulimie urbaine continue les gens affluent dans les villes espérant y trouver du travail des soins de santé et une meilleure scolarité pour leurs enfants selon les estimations 22% de la population de la terre vivra dans les grandes villes côtières en 2050 mon monde de plus en plus de personnes migrent vers les villes robes les plus de la moitié de la population vit dans les villes et nous ne sommes plus ruraux , nous sommes devenus une espèce urbaine , il ya donc beaucoup plus de gens qui vivent dans la zone côtière et donc plus de bâtiments et d’infrastructures noces souvent ce développement se fait sans tenir compte du danger des inondations situé sur le delta du yangtsé shanghai est l’un des meilleurs symboles de cette urbanisation frénétique avec plus de 23 millions d’habitants , elle ambitionne de devenir la première place financière d’asie et pour continuer d’incarner le rêve chinois , elle ne cesse de s’étendre et de s’élever vers le ciel mais comme bangkok et tokyo shanghai s’enfonce inexorablement à certains endroits de la ville à cause des pompages, elle a perdu 3 mètres depuis les chinois ont cependant été les premiers à étudier cet inquiétant de subsidence et à mettre en place des outils de contrôle ici les autorités ont ouvert un centre de monitoring de l’affaissement des sols voici ce qui, nous permet de surveiller l’évolution de la subsidence des couches du sol à différentes profondeurs et aujourd’hui le monitoring est entièrement automatisé ce que, nous voyons ici, c’est un puits de surveillance du niveau des eaux souterraines avec des repères des différentes couches du sol , ils permettent d’observer les variations de la subsidence à plus de 200 mètres de profondeur profondément enfoncés dans la terre des dizaines de sont bardées de capteurs mesurant en temps réel et déformations du sol la subsidence est un phénomène irréversible et persistant ce dessin en 3d permet de voir les variations de la subsidence de 1960 jusqu’en 2010 voit l’aggravation continue de la subsidence jusqu’au moment où la mise en place des mesures efficaces sont permis de ralentir la vitesse de l’affaissement et de maîtriser son évolution troisième ronde depuis 1966 les pompages dans les nappes phréatiques ont été sévèrement encadrée à shanghai mais l’affaissement de la ville se poursuit encore au rythme de 6 mm par an en moyenne la subsidence est une menace pour les gratte-ciel de shanghai si chaud chaud et elle a également un impact sur les infrastructures urbaines selon certains spécialistes le poids gigantesque des gratte ciel serait en partie responsable l’information est démentie officiellement et pourtant, elle figure bel et bien dans l’une des publications du centre d’observation de la subsidence de shanghai avec le lancement de la construction urbaine à grande échelle les travaux d’ingénierie sont devenues ces dernières années un facteur important d’aggravation de la subsidence des sols la prochaine étape sera de faire les recherches pour étudier l’impact des travaux à grande profondeur et proposer des mesures évitant l’aggravation de la substance auch en attendant les chantiers continuent de se multiplier au coeur de shanghai dans une sorte de schizophrénie insouciante la ville célèbre sa modernité en construisant toujours plus haut sans rêve à shanghai au cours de ces 30 dernières années, on est passé de 121 immeuble de 24 mètres de hauteur à plus de 1000 et le haut atteint 630 de m mathieu et j’en suis très fier mon voeu le plus cher est que shanghai devienne une ville de premier rang j’ai vu beaucoup de villes dans le monde , je pense que shanghai va les rattraper un joueur comme ça j’ai participé à la construction d’immeubles de plusieurs dizaines de mètres de hauteur jusqu’à celle de la tour jinmao qu’en collaboration avec les américains, nous avons cette volonté de construire des immeubles de grande hauteur à shanghai et nous avons acquis suffisamment d’expérience pour contrôler l’impact sur la subsidence de la ville même au niveau architectural en réalité à shanghai à 30 40 mètres de profondeur le sol et raymond et donc les constructions pourraient provoquer un affaissement , c’est pour cette raison que le poids des immeubles est supporté par des fondations de 60 à 100 mètres de profondeur de ce fait la construction des gratte ciel n’a pas d’impact sur la subsidence de la ville rien ne semble pouvoir arrêter la frénésie de grandeur de shanghai pas même les menaces climatiques qui pèse lourdement sur la ville depuis toujours la vie urbaine est en effet rythmée par les tailles phong ce mot qui tétanisent les habitants désigne les typhons tropicaux à l’origine de vents violents et de pluies torrentielles , ils perturbent régulièrement le fonctionnement de la ville à shanghai le pire, c’est quand les crues les marais et les précipitations se combinent dans ce cas, je pense que shanghai n’est pas encore bien préparés comme en 2013 quand, on a eu le typhon phyto les pertes ont été énormes quand la marée est à son maximum et que la zone urbaine est inondée à cause des pluies torrentielles ou des crues cela devient très difficile d’évacuer l’eau à travers les systèmes de drainage shanghai doit contenir l’afflux de tout , c’est au lait cru qui descendent du l’altaïr où les grandes marées les ondes de tempêtes les plus torrentielles et les inondations éclair est, il possible de défendre la ville contre toutes ces intrusions bien sûr la première idée qui vient à l’esprit est de construire des murs toute sorte de mur des digues des barrières des barrages ou encore des brise-lames s’y est installé une barrière anti vague pour protéger la rivière suzhou démarrer remontant par le fleuve en cours en temps normal cette barrière est couchée sur le fond de la rivière comme ça, elle ne défigure pas le paysage et elle s’élève une fois tous les matins afin de bloquer les hautes marées plusieurs barrières anti vagues sont installés au coeur du vieux shanghai les vingt-trois mille km de canaux et de rivières qui quadrillent la ville sont aussi parcouru de digues et de nombreuses écluses cette ligne de défense contre l’attack des vagues et de l’ondé de marée montante s’étend bien au-delà des limites de la ville pour genou et nous est chercheur et militant écologiste tous ces murs pose de nombreux problèmes le long des côtes chinoises, il y à des milliers de km de digues comme celle ci d’un côté le gouvernement a construit cette digue pour transformer les zones humides en terrains agricoles et d’autre part cette digue joue un rôle important pour protéger les gens de la mer les zones humides protège shanghai mais , elles savent aussi d’habitat de nombreuses espèces d’oiseaux et de poissons donc le gouvernement de shanghai prête beaucoup d’attention à la conservation des zones humides , ils ont créé de réserve naturelle dans l’estuaire luang et on a beaucoup de discussions ou protégé où est notre ligne rouge si, on construit trop de dit qu’on va perdre beaucoup de zones humides si les digues du littoral chinois s’avère être un désastre environnemental de qui cela sert-il les intérêts plus de dix mille km de digues ont été construites et cela continue à certains endroits une seconde dick s’élèvent pour gagner encore des terres sur la mer au bénéfice des promoteurs après la grande muraille de chine le pays, c’est désormais doté d’une muraille de la mer en thaïlande aussi bangkok s’est entouré de murs pas pour se protéger de l’océan mais des crues des fleuves arrivant du nord ici les barrières ne pose pas de problème écologique majeure mais, elles sont à l’origine de drames humains construite dans les années 1980 la dite du roi longue de 170 km protège le centre de la ville la population qui vivait autrefois au bord de l’eau se retrouve aujourd’hui derrière des murs qui ont déjà été surélevée à plusieurs reprises mais un tel mur peut-il tenir en toutes circonstances face aux inondations est-il venait à se briser ce scénario dramatique s’est produit à bangkok lors des inondations de 2011 sous le poids de l’eau des crues une partie de la digue a cédé le gouvernement a dû réparer en urgence avec six mille sacs de sable le centre-ville été sauvés mais de l’autre côté plusieurs milliers d’habitants ont été obligés de rester les pieds dans l’eau les murs séparent toujours les peuples en deux ceux qui sont du bon côté et les autres généralement les plus pauvres condamné est resté à l’extérieur du périmètre protégé ici la situation a duré plus de deux mois et plus le temps passe et plus les conditions sanitaires sont devenus dramatique au coeur des eaux stagnantes contaminés par les égouts et les cadavres d’animaux au total les inondations de 2011 à bangkok ont fait 6 157 morts, c’est triste car la plupart sont des gens âgés , ils s’inquiètent pour leurs biens et leur maison, ils ne veulent pas partir même si l’eau monte jusqu’au niveau de leurs meubles et du coup, ils dorment sur les meubles et se retrouve pratiquement collé au plafond par anne en haut niveau oui où là pour les gens situés derrière les sacs de sable, c’était dur, ils voulaient enlever les sacs et relâché l’eau dans la ville , il ya eu des bagarres entre les gens des deux côtés regardez ses taux courts i ça sent mauvais en permanence comment ce que les gens peuvent vivre ici, ils ont protégé bangkok mais pas la banlieue, il nous protège et que minuit et la ville de bangkok est moulé lannoy l’image qui va sans doute le plus marqué , c’était des gens qui étaient debout sur cette digue avec un côté où tout était 5 alors que de l’autre côté du mur , vous aviez des communautés entières sous un ou deux mètres d’eux ça donnait une idée de la tension et la question est de savoir comment gérer ces inondations comment prendre des décisions et quel intérêt, vous allez décider de protéger ce mur était pour moi emblématique des défis qui vont se présenter de plus en plus pour les viennent pas seulement à bangkok mais dans le monde entier les conséquences sur la pauvreté mais aussi les impacts économiques des inondations dans les grandes villes font aujourd’hui l’objet de toutes les attentions à washington les experts de la banque mondiale se penche sur cette problématique depuis plusieurs années le problème du lien entre les inondations et et la pauvreté, c’est qu’à partir du moment où les pauvres sont plus vulnérables et perdent plus en proportion de ce qu’ils ont que que les riches, c’est une machine à augmenter les inégalités donc si, vous êtes un petit peu plus pauvres que les autres, vous allez habiter dans une zone un peu plus risqué et vous allez perdre plus souvent ce que , vous avez dans les inondations et donc rattraper les plus riches à devenir encore plus difficile dans notre société mondialisée les dégâts causés par les inondations s’étendent bien au-delà des villes directement touché à l’aube du troisième millénaire la planète toute entière est relié pour le meilleur mais aussi pour le pire quand bangkok a subi ces graves inondations , on a réalisé qu’il n’était pas simplement une ville thaïlandaise mais une ville du monde les inondations de 2011 ont coûté près de 45 milliards de dollars et plus frappant encore peut-être leurs effets ont été ressentis partout dans le monde le prix des disques durs a doublé car la moitié des disques durs dans le monde était produit dans la région de bangkok et à ce moment là la chaîne d’approvisionnement s’est trouvée rompu environ 6000 routes ont été endommagées l’un des principaux aéroports a été fermé , c’est vraiment un des défis de la mondialisation, on vit dans un monde très intégrée et bangkok est un vrai maillon de la chaîne d’approvisionnement mondiale , on l’a bien senti non seulement ici à bangkok mais partout dans le monde au delà des pertes humaines et matérielles les inondations représentent donc un coût exorbitant pour l’économie mondiale et bien sûr un véritable gouffre pour les états concernés car ces derniers doivent non seulement réparer les dégâts mais aussi absorber les pertes liées à la rupture des échanges internationaux donc pour une ville, c’est une somme gigantesque aux états unis si, vous pensez à un coût similaire pour une ville d’un pays en voie de développement ça devient un obstacle un obstacle majeur, il suffit de 20 cm de monter le niveau de la mer et de prendre en compte ce mécanisme de subsidence pour avoir des risques d’inondations dans ces grandes villes côtières qui augmente d’un niveau qui est autour de ces 7 milliards de dollars par an aujourd’hui à des chiffres qui deviennent absolument gigantesque dans le scénario qu’on regarde et où, on ne fait rien du tout, on arrive à des coûts qui monte à 1000 milliards de dollars mais attention ce chiffre peut pas dire que, on va en arriver là parce que, c’est un chiffre qui est tellement élevé tout ce qui montre, c’est que le scénario où, on ne fait rien et n’est pas un scénario réaliste construire des protections prend du temps et c’est une chose que les gens n’évaluent pas toujours bien en ce qui concerne londres, il y a eu une inondation importantes sur la côte est de l’angleterre et si londres elle-même n’a pas été inondée en 1953 les zones alentours l’ont été et les gens ont pris conscience de l’importance du risque d’inondation pour l’ong déclenchant tout un processus qui a abouti à la barre hier sur la tamise mais, elle n’a été inaugurée qu’en 1982 soit 29 ans après l’inondation de 53 cela démontre qu’il faut 20 30 ans parfois pour répondre à des inondations majeures et que la planification pour ce genre de problématique se fait sur le long terme ce n’est pas quelque chose que l’on peut transformer d’un seul coup et en espérer un résultat immédiat aujourd’hui les anglais ont décidé de rehausser la barrière de la tamise ces grands travaux qui s’étale sur plusieurs décennies se multiplient partout dans le monde dans la lagune de venise par exemple cela fait plus de dix ans que le système de défense est en construction au japon, on est un même l’apogée de cette course à la protection le gouvernement a investi des milliards de yens pour construire des murailles installer des portes anti inondation relever les digues au fil du temps les 116 km² bord dans la baie de tokyo sont devenus une forteresse dai, on a construit des digues des murs de protection et aussi des systèmes de portes anti inondation pour protéger la zone intérieure en cas d’urgence, on ferme la porte pour empêcher l’eau de pénétrer dans ses oeuvres ici et notre zone intérieure mais protection est ici , nous sommes ici sur une voie navigable en baie de tokyo et ce côté là et la zone protégée et là, on peut voir une porte de protection plus d’une vingtaine de ces précieuses porte protège la zone ces protections s’étendent aussi sur des km à l’extérieur de la capitale nippone après les portes sur l’eau, ils y allaient porte sur les rues pouvons isoler la ville en cas de montée des eaux , nous avons ici une porte coulissante anti onde de tempête qui va se déplacer de ce côté en cas d’ onde de tempête la rue qui est ici sera alors fermé car de l’autre côté une porte viendra la fermer et empêcher les voitures de passer donc les gens devront laisser leurs voitures à l’extérieur et regagner à pied la zone sécurisée les tokyoïtes sont régulièrement appelés pour des exercices d’évacuation que la population a totalement intégré dans le centre de contrôle des inondations une équipe veille 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 sur ce réseau de remparts et tu veux mon pic et c’est assumé en caroline mon coach nicolas simon cet imposant dispositif permet d’isoler totalement la ville en cas de danger et les travaux de renforcements continue sans cesse mais, c’est sous terre que les japonais ont caché leurs systèmes de protection le plus impressionnant d’énormes réservoirs cylindriques situés hors de la ville sont connectés à des km de tunnels qui acheminent l’eau depuis la banlieue de tokyo cette véritable cathédrale souterraine est destiné à collecter les eaux en excès ensuite grâce à des turbines de moteurs d’avions celle-ci et évacuer progressivement vers la rivière est dos au long des douze dernières années le complexe a servi 80 en soit, c’est à dire en moyenne sept fois par an depuis la mise en service de cette infrastructure toutes ces protections en surface comme en profondeur ont fait de tokyo une citadelle presque imprenable par les flots et pourtant aujourd’hui encore les habitants ne dorment pas en paix ce qu’ils craignent le plus une vague gigantesque de 5 mètres de haut qui ferait plus de 2000 victimes de nouveaux travaux sont donc prévus pour réhausser les murs encore une fois , on peut très bien imaginer avoir des zones côtières protégé par des murs de 6,8 m dit m, on sait faire techniquement la question, c’est est ce qu’on a vraiment envie de vivre derrière des murs de 6,8 dit m et encore une fois une protection artificielle , c’est toujours quelque chose qui peut l’achat avant 2011 et le tsunami tohoku, nous pensions qu’il était possible de protéger les populations contre les tsunamis tête afta total mais après 2011 rôti, nous avons réalisé que notre pouvoir était bien faible face à celui de la nature oui, nous ingénieur civil , nous avons dû revoir notre position avant, on essayé de construire les structures de protection très solide mais aujourd’hui, nous expliquons aux résidents qu’en cas de très forte onde de tempête ou de tsunami oui chute, ils doivent se sauver la mer doivent s’enfuir oui cette équipe se barricader ou fuir aucune des deux options n’est satisfaisante ce bras de fer que, nous engageons contre les forces de la nature n’est-il pas vain et pourtant l’humanité n’a d’autre choix que d’affronter les aléas climatiques selon un rapport de la banque mondiale au delà d’un certain niveau de dérèglements, nous n’aurions plus la moindre prise sur l’augmentation de la température et ses conséquences inimaginables et nous aurions atteint ce seuil critique au tout s’emballe l’histoire de la prise de conscience du réchauffement de la terre commence, il ya longtemps les premières expertises rendu au président des etats-unis qui a l’art mais sur le réchauffement dû aux émissions de gaz carbonique date de 1965 et les premières recherches sur l’instabilité de la calotte glaciaire de l’antarctique occidental qui mène à la hausse du niveau de la mer date des années 70, il y a eu de sérieux avertissement à cette époque qui, nous informait déjà de ce que, nous voyons arriver aujourd’hui, c’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n’écoute pas écrivait déjà victor hugo en 1840 et pourtant les scientifiques, nous alerte sans cesse prévoir les tempêtes et saint marc où une science en fait, c’est un peu les deux parce que les prévisions météorologiques sont une science mais pas une science exacte parce que, nous prédisons des événements à une semaine ou plus et il y a un certain chaos dans la nature qui est essentiellement imprévisible à l’université de stony brook à new york malcolm baumann enseigne l’art de prédire les tempêtes une prévision à postériori sait prédire ce qui s’est déjà passé , vous pouvez penser, c’est stupide, on sait ce qui s’est passé mais cela, nous aide à rendre nos modèles informatiques de prévisions météorologiques et d’onde de tempête plus précis, nous regardons les ouragan historique en utilisant les informations recueillies par les météorologues et les océanographes ainsi , nous pouvons voyager dans le temps et utiliser les modèles informatiques pour voir s’ils peuvent reproduire une tempête qui a eu lieu et comment cette tempête est reconstruite et si le modèle fonctionne bien cela, nous donne confiance cela permet de, nous entraîner de tester nos ordinateurs pour être sûr qu’ils font bien leur travail mais cela reste difficile et bien que les modèles informatiques deviennent plus perfectionnés, il reste encore beaucoup d’incertitudes notre travail consiste à comprendre ce que l’avenir, nous réserve notamment les répercussions de nos choix sur cet avenir donc dans nos recherches , on peut constater que si la société fait certains choix et emprunte certains chemins les choses iront mieux que s’ils font d’autre choix donc notre mission est vraiment de pointer vers ses choix , je sais personnellement ce que, je ferais ne serait ce que pour aider la société à appréhender une décision et les conséquences qui en découlent et en ferry tarifs nome face à cet avenir incertain et pour ne pas foncer droit dans le mur , il semble temps désormais de changer d’état d’esprit de revoir notre manière de, nous protéger aux pays bas où les hommes sont depuis toujours confrontés aux risques d’inondations, on a justement fait de nouveaux choix pour mieux préparer l’avenir ce territoire ultraplat entouré dos aux plus de 500 km est situé en partie sous le niveau de la mer est aujourd’hui le pays le mieux protégés au monde pouvait pas dire une irlande est d’aller se réfugier sur les collines un nom pas de collines et les belges français et les allemands ne vont pas accueillir 20 millions de réfugiés hollandais alors ces hollandais se sont bien, on va se battre et on va tenir la mer à distance aussi longtemps possible j’aimerais découvrir les cartes que, nous avons dessiné , nous étions de grand cartographe au vélib et si, on regarde les cartes de la hollande du 16e siècle même du tout siem et qu’on fait une analyse coûts bénéfices à partir de ces cartes , on aurait tous émigré vers la france ou l’allemagne parce qu’il n’y avait que de l’eau mais, nous avons transformé ce pays en un lieu où l’on vit avec l’eau au lieu de la combattre , nous avons construit plus de 3500 polders faisant du delta un atout se protéger de l’eau devenant une part de notre culture ngô vinke est l’un des meilleurs experts hollandais de la problématique de l’eau , il est l’un des porte parole de ce changement total de philosophie comment vivre avec l’eau et c’est la grande question les néerlandais ont trouvé un moyen d’en brasser l’eau dans sa complexité à la fois une menace et un atout et joue un rôle clé dans notre économie et notre société dans les années, on sent, nous avons instauré une autorité régionale de l’eau pour englober la question de l’eau dans l’administration de notre pays est aujourd’hui, nous avons réinventé ce mode de gouvernance avec le nouveau programme delta au cours du 20e siècle les pays bas ont comme les autres pays construit des digues des barrages d’immenses barrière contrôlant le débit des vagues le long des côtes mais, ils ont vite compris que ces constructions ne les protégerait que partiellement à long terme dans le cadre du programme delta le pays s’attelle donc à rendre à l’hôt toute sa place et à mieux cohabiter avec, elle en combinant les barrages et l’aménagement du littoral , c’est un changement de vision, il ne s’agit plus de lutter contre l’eau avec des barrages étaient dites toujours plus haut et en grignotant de plus en plus des spa sur l’eau , il faut imaginer des projets qui sont en adéquation avec la nature au lieu de la combattre ce changement de perspective est la clé pour limiter les catastrophes à venir mais l’engagement doit venir du plus haut niveau de l’état les dirigeants du monde sont, ils prêts à s’engager réellement le problème quand , on regarde la façon dont politiquement les choses se passent dans les pays en général les grandes transformations des réglementations ou bien les grands investissements de protection se passe après une catastrophe mais, c’est un peu le problème qu’on a aujourd’hui, c’est qu’on aimerait sortir de ce cycle dans lequel, on a besoin d’une catastrophe pour mobiliser l’action publique, c’est dans la nature humaine d’espérer que des événements négatifs ne vont pas se produire pendant qu’on est là aux commandes les dirigeants politiques comme tout le monde espère croiser des doigts que ça arrivera plus tard et quand, ils ne seront plus au pouvoir quand, ils seront confortablement à la retraite quelle est cette gouvernance qui sont ces gens qui décident qu’on peut laisser 5 10 ou 20 millions de personnes vivre sur un delta sans se soucier de le protégé de façon adéquate , il faut pas attendre une catastrophe pour agir le ce qu’il faut faire, c’est exactement le contraire agir avant la catastrophe si, on avait un document qu’acheter comme un testament ou une capsule temporelle qui soit scellée et que les générations à venir louvre après 50 ans voici ce que dirait, on écoute et on a eu une immense catastrophe , on a échoué à la prendre au sérieux et , on n’a pas fait assez pour protéger les générations futures fuites jeunes riches et bien, il serait en droit de se demander pourquoi, nous avait été silence à hambourg en allemagne, on a compris que la volonté politique était le premier acte indispensable pour protéger cette ville contre les ondes de marée remontant de la mer du nord autour du port le gouvernement a lancé le plus vaste projet de développement urbain en europe à fun city son principe bâtir un nouveau quartier avec ses commerces ses habitations et ses bureaux à la place des anciens entrepôts portuaires ce futur quartier est situé totalement zone inondable mais son architecture intègre en amont le risque de submersion avec une topographie inventive, nous avons développé deux niveaux topographiques ici afin de city à cinq mètres au dessus du niveau de la mer ce qui correspond au niveau du port d’autres fois, nous avons développé une promenade et la possibilité pour les visiteurs et les habitants de la fun city de circuler autour du bassin portuaire dans le secteur dans lequel , nous nous trouvons maintenant, il y a les bâtiments et les infrastructures de transports les routes et le métro et grâce à cela tout le coeur de la fun city se trouvent protégées arafat city , il s’agit de réinventer le concept de pilotis les bâtiments et les infrastructures à protéger des eaux sont surélevées sur des socles de 5 mètres tandis que les parties basses contiennent des squares et des parkings étanche en 2013 lorsque hambourg a été victime d’inondations le système a démontré son efficacité les premiers édifices et les habitants de refn city n’ont pas été touchés, nous avons développé ici collectivement une vision qui anticipent les risques pour les 100 ou 200 prochaines années et nous avons établi ce système ensemble avec les investisseurs privés et les pouvoirs publics le concept de affinity est quelque chose d’unique au niveau international parce que pour la première fois le développement de la ville et le risque venant du niveau des eaux ont été intégrés tout en améliorant la qualité de l’espace urbain d’ici 2025 have fun city devrait héberger 12000 personnes et accueillir quarante mille emplois le long de ces 10 km de quais réaménagés cet ambitieux projet est un modèle pour répondre à l’avenir aux désirs d’expansion des mégapoles côtière mais comment protéger une ville déjà existant de l’assaut des flots, il serait inimaginable de mettre tout new york sur des pilotis et pourtant la mégapole figure sur la liste des cent trente six villes les plus vulnérables aux inondations new york et ses huit millions et demi d’habitants sont littéralement assis sur l’océan la ville n’est pas protégé après le passage de l’ouragan 110 en 2012 les etats-unis ont lancé un programme de protection novateur pour mener à bien cet ambitieux projet le gouvernement américain fait appel à l’envoyé spécial des pays bas pour les affaires liées à l’eau ngô vinke cette ville est un lieu où le monde entier se retrouvent en ce sens, elle est un peu le miroir du monde , c’est pour ça que l’ouragan 110 a été un événement aussi important et c’est exactement ce qu’a exprimé le président obama en disant, nous devons veiller à ce que la reconstruction de new york soit un exemple pour le monde pour aller de l’avant que faut-il faire ne pas utiliser sans dit irène katrina comme référence pour ce qu’on va faire , il faut prendre le futur comme référence ce qui veut dire par définition, on va devoir innover qu’on va devoir capter de nouvelles idées une science nouvelle de nouveaux modes de financement et de gouvernance afin de repenser réinventer et reconstruire cette région au mieux et tout ça va accroître la résilience résilience urbaine tel est le nouveau concept qui guide la philosophie dongo vink et des autorités new yorkaises notre vision de la résilience, c’est que nos quartiers nos économies nos services publics essentiels soient capables de faire face aux impacts du changement climatique et aux menaces qui pèsent sur le 21e siècle et d’en sortir encore plus forts ces deux aspects conjuguer impact limité et reprise plus rapide représente ce que , nous entendons par résilience ici à new york nos zones inondables augmente avec la hausse du niveau de la mer le gouvernement fédéral a cartographié la zone inondables de new york montrant qu’on est passé de 200 milles à quatre cent mille habitants et cela augmente encore donc, nous éduquons les gens à ce risque à ce qu’ils doivent faire pour s’y préparer y compris le fait de souscrire une assurance contre les inondations la résilience de concerne pas que les infrastructures et des bâtiments la résilience parle de l’être humain , c’est ce que, je trouve si important dans notre capacité à apprendre, c’est vraiment un processus culturel social et physique , c’est ce qui en fait un concept si globale pour répondre aux futurs risques et aux incertitudes , c’est pourquoi la résilience peut être un moteur très puissant pour aller de l’avant la résilience et hériter d’un concept issu de la mécanique puis repris par l’écologie et la psychologie ce mot désigne la capacité d’un système ou d’un être vivant à absorber un choc et a retrouvé ensuite ses fonctions initiales la résilience urbaine et la capacité d’une villa non seulement rebondir mais aussi à continuer de se développer et prospérer qu’elle soit confrontée à des épisodes aigus qu’on appelle choc ou des problèmes chroniques qu’on appelle stress à new york cette philosophie s’est incarné dans le projet we built by design, c’est à dire reconstruire la ville en la redessinant lancé en novembre 2013 sous la direction d’un covin qu, il s’agit du plus grand concours international d’urbanisme jamais organisé aux états unis et celui ci pourrait changer à jamais le visage des côtes de new york pour réinventer le futur ovine camille tout le monde autour de la table mr architectes ingénieurs urbanistes spécialiste des réseaux électriques et bien sûr les résidents qui sont les premiers concernés , nous avons investi des mois de collaboration avec des centaines d’organisations des milliers de personnes sélectionné dix équipes interdisciplinaires d’envergure internationale rien que pour faire des recherches sur place pour capter les vulnérabilités et des interdépendances de la région et aussi recueillir les histoires de tous les gens durement touchée par sandy toute cette recherche a fait émerger une véritable compréhension régional revealed by design propose une approche collaborative et nous invite à regarder vers les régions plutôt que de se limiter à une approche individuelle , on a besoin de cette approche régionale pour se diriger vers des solutions globales , nous ne savons pas encore ce qui serait la meilleure solution pour cette berge et pour cela, nous allons aussi consulter les habitants , on a questionné les gens sur leurs inquiétudes sur leurs besoins sur leur aménagement du bord de l’eau idéal, on a tenté de voir si une protection contre les inondations à la fois nécessaire et utile , il veut aussi répondre aux rêves et aux attentes des riverains, je ne veux plus voir de murs dans le paysage , je ne veux plus voir les gens coupés de la nature ça fait 200 ans qu’on fait ça plutôt que de construire un mur tout monotone qui devient littéralement une ségrégation entre la vie urbaine et l’eau, on voudrait voir si, on peut arriver à la même géométrie la même hauteur mais avec différents profils le mur pourrait parfois devenir un banc ou se transformer en paysage d’autres fois ce serait un espace villa occupée ou encore un petit pavillon qui pourraient basculer , nous avons besoin d’une idéologie d’engagement avec la nature qui soit différente où, on ne soit pas dans le contrôle ou dans le blocage mais dans un accroissement de la perception dans un engagement plus actif est fondamentale dans une vraie gestion du paysage le projet rubik by design a suscité un engouement tel qu’il a surpris les organisateurs eux mêmes au total 148 projets issus de 12 pays ont été proposés finalement les six meilleurs ont été sélectionnés et ont obtenu un financement de 1 milliard de dollars le premier d’entre eux living weight watchers brise-lames vivant concerne une vaste zone résidentielle de stetten halde les moyens de défense s’appuieront sur la re création d’écosystèmes naturellement protecteur et l’introduction de près d’un milliard de litres ce qui est différent dans notre approche, c’est cette combinaison de stratégies aussi bien sur la terre que dans l’eau les récifs et légumes ensemble, ils vont réduire l’action des vagues prévenir l’érosion est globalement reconstruire le littoral donc plutôt qu’un brise-lames conventionnel qui consisterait à empiler de façon très régulière des blocs de pierre identique , nous avons ce que, nous appelons des rues de recife, elles sont bordées par ces structures craignent les rues couvertes de béton écologique abba ph et ces blocs sont conçus spécifiquement pour servir d’habitat aux poissons le second projet concerne la presqu’île de manhattan le big you, c’est son nom sera un véritable mur invisible de 16 km de long, il protègera les buildings et rendra l’accès aux berges aux new yorkais en les transformant en espace de vie et de loisirs l’idée du big blue, c’est de proposer une protection contre les inondations pour le sud de manhattan cette ligne sèche qu’est le big ue est une sorte de caméléon urbain car, elle change d’apparence et de caractère en fonction du quartier qu’elle traverse parfois l’espace qu’elle occupe pas sous la voie rapide puis se transforme en pavillons ou en plateforme incliné d’autres fois, on dirait presque un danger en ailleurs, elle participe à la surélévation du paysage ce qui isole le parc situé au bord de l’eau du bruit de la voie rapide tout en protégeant la ville des inondations , il y aura seulement des parcs et des pavillons mais secrètement à l’intérieur , il y aura la protection nécessaire contre les inondations mais jamais de mur dans l’état voisin du new jersey la petite ville de hoboken et la troisième gagnante construite sur une terre au ras de la rivière hudson, elle est en cas de pluie très souvent inondée ici 230 millions de dollars seront investis dans des réaménagements les égouts et les circuits d’évacuation seront notamment séparé et redessiner l’objectif limiter les risques sanitaires en évitant les remontées toxiques en cas d’intrusion d’eau dans la ville donc travailler ensemble sur un cycle complet résister autant que possible retarder l’arrivée de l’eau la stocker et finalement l’évacuer, je pense que si, on arrive à mettre tout ça en oeuvre la ville sera protégé , il y à la résilience mais, il ya aussi la capacité à prendre des décisions difficiles et si un beau fun, c’est moi qui prend ses décisions difficiles, on a voté des lois qui disent non, vous ne pouvez pas construire sur lesquels, vous ne pouvez pas construire au bord de l’eau, on ne va pas mettre nos futurs résidents en danger en acceptant des constructions le long du fleuve reveal by design a été une force de collaboration où, nous avons essayé de travailler avec chacun ce qui veut dire aussi lancé un processus instaurant un climat de confiance pour tous ces groupes disparates des frais le dialogue avec les habitants s’est révélée particulièrement cruciale pour une autre zone lauréate sur la péninsule de endpoint dans le bronx ce quartier est le centre névralgique de l’approvisionnement en nourriture pour new york et une grande partie du new-jersey mais, c’est aussi là que vivent les habitants les plus pauvres de tous les états unis ici les travaux de protection peuvent également servir à lutter contre le chômage et améliorer la qualité de vie de cette communauté dont les enfants ont un taux d’asthme élevé à cause du passage incessant des camions frigorifiques vénérable et un projet comme un sport life line, nous permet non seulement de répondre aux inondations par des protections structurelles mais aussi de, nous attaquer à d’autres problèmes comme la pauvreté en les reliant à la création d’emplois assurant des salaires de subsistance et à des carrières associé à la résilience de ses forces si les gens qui sont le plus affectés ne participe pas aux discussions sur la façon dont, on doit se préparer et répondre en tant que communauté dans une société alors les solutions vont venir d’en haut et ça ne marchera pas des programmes intégrant l’amélioration du cadre de vie des protections basé sur les qualités intrinsèques de la nature des murs invisibles transformé en lieu de récréation tous ces projets sont déjà en train de voir le jour , ils seront suivis par d’autres et peu à peu , c’est une nouvelle vision de la préservation des villes qui est en train d’émerger à new york la résilience urbaine est vue comme la solution idéale pour mieux se protéger mais cette philosophie est, elle vraiment suffisante et est généralisable à d’autres villes moins riches comme manille hancock hudak a pour l’heure l’idée ne fait pas tout à fait l’unanimité la résilience est nécessaire mais ce n’est pas suffisant ce n’est pas de la protection être résilience et récupérer mais, on se retrouve au même point qu’avant la crise, il faut se mettre d’accord sur le mot résilience et je pense qu’il y à un danger à ce que tout le monde s’engage sur la voie de la résilience alors qu’ils ne mettent pas la même chose derrière ce mot la résilience ça ne se limite pas à construire des murs de protection , c’est aussi changer les mentalités des citoyens et la façon dont les gouvernements et les gens qu’il gère la ville envisage l’avenir malgré les débats en cours la résilience est aujourd’hui au coeur des réflexions récemment, elle a inspiré un vaste projet 100 villes résilientes lancé en 2013 par la fondation rockefeller aux états unis son principe un réseau de 100 villes partagent leurs solutions pour mieux intégrer les facteurs environnementaux mais aussi économiques et sociaux dans un futur incertain so g le programme 100 villes résilientes est une initiative passionnante pour vraiment changer de paradigme, c’est à dire que toutes les villes qu’elle soit riche ou pauvre grandes ou petites ont besoin de penser à la résilience d’une manière nouvelle et pas seulement pour répondre aux changements du climat mais aussi pour les chocs économiques une barre de cession penser à une ville de 2 ou 3 millions d’habitants qui d’ici quelques années sera une ville de 4 5 millions cela veut dire qu’ils font des choix aujourd’hui pour leurs infrastructures leurs plans d’occupation des sols la localisation des quartiers et on peut leur apporter du savoir faire dans ces domaines avec ce concept de résilience de cette manière, on peut vraiment avoir un impact immense , il y a des limites à ce qu’on peut faire mais néanmoins dans ses limites, nous avons pas mal de choix et pourvu que , nous soyons proactifs et que, nous commencions à planifier aujourd’hui, on sait, c’est le message clé ces problèmes sont prévisibles et nous pouvons prévoir toutes les questions que, nous devons traiter au 21ème siècle maintenant face aux inondations les mégapoles côtières sont à un tournant de leur histoire et si, elles ne réagissent pas, elle pourrait entraîner dans leur naufrage une partie de nos vies mais à long terme ne faut-il pas s’interroger sur la manière pour le moins paradoxale dont, nous conduisons nos sociétés en faisant disparaître la nature sous le bitume, nous anéantissant sa formidable résilience et nous demandons maintenant aux villes de devenir résiliente à la place des écosystèmes naturels n’est ce pas le monde à l’envers .