LA STATUE DE LA LIBERTE : Un géant à la française

En plein coeur de la rade de new york trop fièrement le monument le plus emblématique de l’amérique la statue de la liberté élancée imposant ce colosse de 46 mètres de haut rivalise avec lui gratte ciel new yorkais ce statut est tout à fait exceptionnel par son échelle peu de statut de cette taille d’ailleurs qu’il existe même aujourd’hui dans le monde avec ses 88 tonnes de cuivre ces trois cent mille rivet son bras de 12 mètres l’équivalent d’un immeuble de trois étages ce mastodonte fascine par sa démesure , c’était le projet le plus ambitieux de son temps cette mégastructure américaine a pourtant été conçu par les plus grands artistes architectes et ingénieurs français du 19e siècle érigée d’abord en plein coeur de paris , elle a ensuite été acheminée par bateau avant d’être assemblés façon puzzle géant à new york en attendant ce oublié aujourd’hui que la situer les libertés est une révolution technologique et que sans , elle peut être que la tour eiffel n’existerait pas innovation ses concepteurs ont, ils utilisé pour que ces titans atteignent une hauteur hors norme , il a fallu tout trouvé la faille tout inventé comment cette statue colossale juchée sur l’île d’eubée de l’eau parvient, elle à rester debout malgré des vents violents qui peuvent atteindre 200 km heure quand, on y pense et les un statut d’une telle dimension un tel endroit mais, c’est presque famille, nous allons , vous raconter cette incroyable épopée qui a duré plus de vingt ans et connu une multitude de rebondissements pour donner naissance à un patrimoine mondial unique au sud de manhattan à new york des milliers de touristes se pressent sur les bateaux de croisière, il s’apprête à découvrir l’un des colosses les plus admirées au monde la statue de la liberté chaque année, ils sont près de 4 millions de visiteurs à s’émouvoir devant cette déesse de cuivre devenue symbole universel, c’est le monument le plus connu du monde entier sur le monument qui a été le plus détournés ont trouvé des images d’un statut la liberté sur dénard de boissons de pizzas la figure de la liberté , elle est partout une façon simple la symbolique et la liberté et ça parle à des gens très différents du monde entier un symbole si fort que la planète entière se l’est approprié, il existe des répliques aux quatre coins du monde mais aucune ne peut égaler l’original celle de new york à commencer par ses dimensions hors normes érigé sur les vestiges d’un ancien fort les fondations de cette mégastructure s’enracine à cinq mètres de profondeur et s’élève à plus de 20 mètres le piédestal lui atteint les 47 mètres de haut au total l’assise de la statue est composé de 27 mille tonnes de béton jamais dans l’histoire tant de béton n’avait été coulé cette base inébranlable vient soutenir les 220 tonnes de la statue qui, elle culmine à 93 m, c’est la plus grande statue en cuivre au monde un chef-d’oeuvre architectural à la gloire de la liberté devenu l’emblème de l’amérique et pourtant la statue de la liberté a été pensé conçu et fabriqué à paris tout commence en 1865 en france dans une époque troublée le second empire depuis 13 ans l’empereur napoléon iii règne sans partage sur son peuple , c’était un régime impérial régimes autoritaires mais napoléon iii est aussi un despote qui veut moderniser son pays napoléon iii une volonté forte de transformer la ville de paris pour donner déjà une image en tant qu’exemple pour pouvoir avoir une influence sur le reste de l’europe le progrès séduit les français et lampis regagne en popularité napoléon iii laisse alors une timide opposition se développer avec à sa tête des intellectuels en quête de liberté parmi eux un homme edward rené lefebvre de laboulaye le fondateur du parti libéral français , il pensait que les états unis étaient formidables parce qu’ils avaient trouvé une solution , il n’y avait pas de roi et n’avait pas non plus le coup d’état permanent ni de révolutions la boulaye à une double obsession importer la liberté américaine en france et nouer des relations étroites avec cette démocratie exemplaire et la solution qu’il prône est pour le moins originale offrira monument aux états unis pour célébrer le centenaire de leur indépendance qui aura lieu le 4 juillet 1876 un monument aux dimensions si impressionnante qu’il marquera tous les esprits parmi ceux qui croient en son projet, il y à un jeune sculpteur passionné de colosse auguste bartholdi bartoli était déjà un artiste très connu , il avait commencé sa carrière très jeune , il avait à son actif plusieurs grands monuments des gens en province , c’était quelqu’un qui était profondément marqués par le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, c’était un citoyen du monde mais les deux hommes vont devoir attendre cinq ans jusqu’à la chute du second empire en 1870 pour mettre à exécution leur plan en accord avec de la boulaye bartholdi décide de prendre le projet à bras le corps première question à régler pour le sculpteur quelle forme donner à ce symbole bartholdi a tout de suite su qu’il voulait construire la plus haute statue du monde , il avait été très fortement impressionné par la statuaire monumental antique parce que, c’est celle qui se voit le plus parce qu’elle est immense et qui dure le plus longtemps pour porter un message, c’était évidemment faire du grand vivante est cet ennemi des halles pour bartoli , c’est l’évidence seul un colosse magie ce que peut être à la mesure d’un symbole aussi puissant que celui de la liberté quant aux personnages représentés le sculpteur a une idée qui landes depuis quelque temps , il s’était déjà penché quelques années plus tôt sur un projet similaire à l’occasion d’un autre chantier titanesque de l’époque la construction du canal de suez qu’en 1867 le canal de suez s’achève et bartholdi va avoir l’idée de proposer une sorte de phare qui est une statue monumentale qui a les traits d’une femme d’une paysanne égyptienne qui porte un fanal pour éclairer l’entrée du port et en même temps va servir d’une manière un peu symbolique de point d’entrée au canada bartholdi présente des maquettes au vice roi d’égypte qui ne retient pas son projet la déception est immense mais quelques années plus tard le sculpteur français tient peut-être là l’idée de sa statue monumentale à destination de l’amérique , il a été dans le déni, il n’a jamais voulu admettre de son vivant que la cdu liberté avait été une première fois pensé pour le canal de suez et pourtant les similitudes sont frappantes en egypte comme aux états unis mais les deux projets montrent bien une femme dans un élégant draper brandissant une torche cette fois bartholdi compte bien concrétiser son idée en juin 1871, il se rend pour la première fois aux états unis , il entreprend ce voyage pour trouver l’endroit où édifier cette statue qui sera la plus haute du monde à peine arrivé à new york , il repère immédiatement l’île d’eubée de l’eau un lopin de terre sur lequel se trouve un fortin militaire et il a tout de suite un flash, il a compris que là, il y avait tout simplement une statue à réaliser, il y avait un paysage à inventer, c’est là que doit s’ériger son monument parce que , c’est là qu’on a la première vision du nouveau monde et c’est là qu’on a une vue sur les deux mondes à tel point que, on imagine plus new york sont là, c’est une liberté réciproquement , c’est ça le gêne, il martelé sur l’île d’eubée de l’eau le colosse serait visible depuis la ville et le port le lieu est idéal le projet prend alors forme dans l’esprit de bartholdi encore faut-il en informer les américains qui ignore tout de ses intentions et dérive est arrivé à new york , il ne parlait pas un mot d’anglais, elle ne connaissait personne et il avait cette idée d’un projet démesuré tellement démesuré que pour lancer sa construction bartholdi doit réunir une somme faramineuse, c’est aussi le but de ce voyage trouver des fonds privés car edward de la boule eve que cette statue soit financée par les peuples et non pas par les gouvernements la salle du liberté devait être financée par les français de même que le piédestal devait être financé par les américains donc ce monument était conçu comme une oeuvre démocratique qui devait recevoir si, on peut dire l’onction du peuple des peuples beaucoup d’américains ne comprenait pas la proposition pourquoi les français voudrait-il offrir un cadeau si blizzard pour le centenaire de l’indépendance les américains rechignent à mettre la main au portefeuille et autre problème de taille l’île d’eubée de l’eau qui doit accueillir le monument est une base militaire, il faut donc l’aval des autorités américaines, il a décidé tout seul où, il voulait ériger sa statue les américains pensaient qu’il était un peu fou ça montre à quel point, il était audacieux, il n’a pas hésité à se mêler des affaires militaires américaines pour installer sa ds à la bonne place bilan des courses bartholdi n’a pour le moment ni l’argent ni l’emplacement pour sa future statue de retour en france le sculpteur et edward de la boulaye continue à chercher des fonds par tous les moyens en 1875, ils parviennent à rassembler 20 % de la somme espérée , c’est suffisant pour démarrer le chantier mais pas beaucoup plus ou bartoli s’est lancé là dedans sans avoir l’assurance au départ qu’il arriverait à réaliser a achevé cette oeuvre les travaux commencent dans les ateliers gaget et gauthier dans le xviie arrondissement de paris une course contre la montre est engagée , il reste tout juste un an avant la commémoration du centenaire de l’indépendance des états unis les ambitions du sculpteur sont démesurées car, il veut bâtir une statue de plusieurs dizaines de mètres mais construire un tel colosse en un seul bloc est impossible bartholdi doit innover la construction même de la statue de liberté a été quelque chose de très complexe, c’était une innovation, il fallait procéder par étapes un premier modèle d’un médecin un deuxième modèle intermédiaire comme celui qui est derrière moi de m onze qui se trouve au musée national des arts métiers et ensuite un modèle plus important en plâtre ce dernier modèle mesure 22 mètres mais bartholdi veut construire bien plus haut ce modèle aux cars va servir directement à la fabrication non pas d’un modèle à l’échelle grandeur ça aurait été trop grands et trop inutile mais à des fragments de morceaux sur des châssis en bois le sculpteur découpe son modèle en plâtre en plusieurs tronçons sur chacun de ces fragments, il relève des milliers de poids à l’aide de comparé de fil à plomb et de règles, il procède à des mesures extrêmement précises pour obtenir un volume virtuel en trois dimensions en tout neuf mille mesures sont nécessaires et pour réaliser son exploit une statue gigantesque bartholdi doit maintenant procéder à l’agrandissement de chaque tronçon sur un cadre en bois quadrillé , il reporte à plat les coordonnées a grandi quatre fois le sculpteur peut ainsi reconstituer le volume définitif de chaque section en tout ca statut s’élèvera à 46 mètres de haut une première mondiale sans doute d’être une grande difficulté, c’était de juger l oeil nu l’apparence finale de la statue alors même qu’elle était qu réalisé par morceau parfait mois dans les ateliers gage et le chant ty poursuit son cours pour réaliser chaque fragment grandeur nature mais les difficultés techniques sont loin d’être terminés pour bartoli la statue doit être construite en france et reese et de l’autre côté de l’atlantique sur une île en proie à des tempêtes de vent pouvant atteindre 200 km heure quels matériaux utiliser pour résister à de telles conditions, il pour que ce colosse soit facilement transportable traditionnellement une statue personnes tuées caisse, elle serait fait en bronze ont une certaine épaisseur de quelques centimètres mais pour une statue comme cette liberté aussi grande le poids de la structure était beaucoup trop importants ont compliqué la seule solution qu’il restait, c’était une peau de cuivre film une enveloppe en fait très légère d’un milieu maître et demi de cuivre qu’on pouvait façonné donner pour donner la forme définitive mais le paradoxe de la semi liberté , c’est que, c’est une oeuvre gigantesque mais qui est structurée à partir de matériau très léger la légèreté n’est pas le seul avantage du cuivre ce matériau est aussi extrêmement résistant et souple ce qui permettrait à la statue de bouger légèrement sous la pression de vents violents ou voir d’ouragan reste à concevoir les moules sur lesquels façonné ces tôles de cuivre première étape des menuisiers construisent des structures en bois gigantesque qui reproduisent les courbes de la stature ensuite ces squelettes sont recouverts d’une couche de plâtre qui révèle chaque détail de la dame dernière opération de ses formes en plâtre sont façonnés des moules qui serviront au martelage du cuivre, c’est grand moule représentait différentes parties de la statue les tôles de cuivre était d’abord chauffer pour être assouplies puis les ouvriers les marteler contre les moules pour leur donner la forme d’une partie de la robe par exemple en tout, il faut mode les 350 taule pour l’intégralité de la statue autant de pièces qui seront à transporter in fine et en amérique dès 1875 ferronnier et menuisiers travaillent d’arrache-pied dans l’atelier pour faire avancer le chantier le plus vite possible mais le 4 juillet 1876 date du centenaire de l’indépendance des etats-unis approche à grands pas et les caisses se vident rapidement si, vous viviez en 1876 et que , vous étiez un ami de bartholdi, vous penseriez certainement qu’ils ne réussiraient jamais à faire son projet l’ingénierie était vraiment con parquet barteau dit lui-même douté de pouvoir finir sa statue lorsque démarre la fabrication de la statue liberté à paris en 1875 , il est bien sûr évident qu’elle ne sera pas réalisée pour le centenaire des états unis en 1876 donc la priorité absolue était de tout mettre en oeuvre pour sortir au moins le morceau le plus significatif, c’est à dire là maintenant le flambeau pour que au mois sept éléments puissent être présentés à l’exposition universelle de philadelphie en 1876 l’exposition universelle de philadelphie est un événement majeur pour les américains les états unis, on s’entend , c’est l’occasion de s’élever au rang des nations qui comptent les expositions universelles dont la première va être présenté à londres en 1851 sont l’occasion pour l’ensemble des nations de rivaliser sur le plan sur le plan économique sur le plan industriel , c’est une bonne manière de voir ce qui se fait ailleurs comment, ils le font et puis essayer aussi de de se mettre à la page où prendre carrément une belle longueur d’avancé bartholdi, c’est qu’il n’a pas droit à l’erreur l’exposition de philadelphie de 1876 est son unique chance de pouvoir finir un jour son colosse s’il n’a pas réussi à convaincre l’amérique avec son projet philosophique , il le fera grâce à son défi technologique et il compte bien impressionné le monde entier grâce à sa main de 12 mètres de haut la sculpture gigantesque arrive à philadelphie avec deux mois de retard mais l’exposition est loin d’être terminée et continue d’attirer les foules immédiatement la statue fait sensation et devient l’attraction incontournable de l’événement, c’était l’attraction la plus populaire de l’exposition tout le monde voulait la voir, elle était bombardé de photos les journalistes étaient conquis, on pouvait aller à l’intérieur est monté au sommet de la torche pour monter dans la torche, il faut acheter un ticket d’entrée de quoi renflouer les caisses et redonner un souffle au projet et ce n’est pas tout bartoli se transforme en génie du marketing et s’appuie sur une autre révolution technologique de l’époque la photographie pas retenu fait photographier l’ensemble des étapes de la construction de la statue au sein des ateliers gager gauthier à à paris donc ces images vont être vendus, elles vont être relayée par la presse pour donner une visibilité à son projet et cette visibilité et biensur internationale au total l’exposition universelle accueille 10 millions de visiteurs soit 20% de la population des états unis grâce à ce succès et aux nombreuses photos vendues bartholdi engrange un bon pactole mais surtout, il obtient le sésame dont, il rêvait depuis déjà six ans en 1877 le congrès américain vote une loi qui officialise la cession de l’île d’eubée de l’eau et membres du congrès ont vu qu’il y avait beaucoup d’intérêt pour la statue qu’il était en train de construire et il n’avait pas de projet particulier pour l’île d’eubée nos dons qu’il était prêt à prendre le risque la statue a enfin son emplacement les caisses sont pleines tout semble s’éclaircir pour bartholdi mais en réalité le plus dur reste à faire car pour réaliser sa prouesse le sculpteur doit trouver un moyen de faire tenir sa cuirasse de cuivre de 46 mètres de haut pour trouver la solution à ce casse-tête , il fait appel aux plus grands architectes de l’époque le restaurateur de la basilique de saint denis la star de la construction responsable de l’érection de la flèche de notre dame de paris eugène viollet le duc aux jeunes venaient du grand théoricien des architectures est sollicité pour réfléchir à une structure intérieure , il imagine pour le corps de la statue mme céré de murs en maçonnerie avec des compartiments , on aurait pu remplir de sable pourquoi pour lester la statue pour le donner une assise important cet ancrage solide répartis tout le long de la statue a pour but de prévenir la déformation du cuivre qui seraient causés par les vents cette technique innovante est aussi particulièrement ingénieuse en cas de dégâts, il suffit de vider le sable pour pénétrer à l’intérieur de la statue et effectuer les réparations grâce à cette solution technique bartholdi pense qu’il va enfin pouvoir se lancer dans le gros oeuvre de sa statue mais, c’est sans compter ses problèmes d’argent car les finances sont à nouveau dans le rouge oumar tall qui peut-il bien trouver les centaines de milliers de francs nécessaires le jeune sculpteur a une chance inouïe une occasion en or, nous sommes en 1878 et la nouvelle exposition universelle se tient à paris l’exposition universelle le 10 178 au delà d’être un grand projet pour les nations, c’est véritablement un moment de fête pour la population , elle est accessible autant aux ouvriers qui ont droit à un jour de congé pour pouvoir s’y rendre que toute la population finalement, il ya quand même 16 millions de visiteurs qui vont venir à paris ce qui n’est pas rien quand même à l’époque , c’est au champ de mars que l’exposition élit domicile bartholdi veut réaliser le même coup de maître qu’à philadelphie , il décide cette fois-ci d’exposer le fragment le plus emblématique de sa statue le visage est une fois de plus le sculpteur se révèle un publicitaire hors pair parthenay imagine en 1878 de faire monter le public à l’intérieur de la tête de la statue ce qui permet au public de s’approprier cette offre de prendre conscience de la prouesse technique ça succès fou avant des souvenirs des petites statuettes des gravures qui représentaient le futur monument des choses sinon, tu ne passes très banal aujourd’hui mais qui était totalement révolutionnaire à l’époque, on peut être celui qui a inventé cette forme de publicité les produits dérivés de la statue se vendent en masse et bartholdi croit que son projet est enfin sauver pour de bon mais le sort s’acharne en 1879 eugène viollet le duc moeurs et , il n’a laissé aucun plan de son invention, il faut tout reprendre à zéro quel architecte peut être à la hauteur de viollet le duc qui pourra trouver l’innovation technologique qui permettra de soutenir un colosse de cuivre de 88 tonnes bartholdi va trouver son salut auprès du plus grands ingénieurs de l’époque le spécialiste des prouesses techniques le maître des structures métalliques gustave eiffel alors quand bartoli fait appel et que, je savais faire, il est déjà une personnalité considérable dans le domaine de la construction métallique en france en europe et dans le monde, c’est , je crois le terme de l’innovation qu’il faut retenir quand, on parle de guise à vaisselle eiffel vient de marquer les esprits avec une construction titanesque encore sur pied aujourd’hui le viaduc maria pia au portugal un projet qui n’aurait jamais vu le jour sans un matériau miracle le faire pour la première fois dans l’histoire l’homme est capable de produire du fer à échelle industrielle une révolution qui va tout changer dans la construction heureusement change parce que la société est en pleine évolution sur le plan industriel sur le plan culturel, on a besoin de bâtiment qui était inconnu jusque là, je pense aux gars au grand magasin qui nécessitent des bâtiments ou les espaces de vente son faste sans point porter intermédiaires qui gênent la circulation des acheteurs et qui n’auraient pas pu être réalisé probablement si le métal n’est pas apparu à grande échelle à cette époque le fer est solide durable et léger ce qui permet de construire toujours plus grand toujours plus haut mais surtout, il ouvre la voie à une technologie totalement inédite la construction en pièces détachées , c’est un processus qui est assimilable à un meccano qui passe par la fabrication de pièces en usines qui vont ensuite être stocké envoyé sur le chantier quel que soit son emplacement est monté par des équipes de monteurs des pièces produites en france est monté ailleurs cet idéal pour le projet de bartholdi car sa statue doit être érigée de l’autre côté de l’atlantique le chantier ne devient plus qu’un assemblage d’éléments, on travaille en usine à faire un maximum de choses et ensuite, on assemble sur le chantier de strict nécessaire là, on a le principe qui va à la fois gouverner la construction de l’armature de la statue et de la statue elle-même pour supporter l’enveloppent de cuivre gustave eiffel experts du préfabriqué va proposer une structure intérieure enfer ultra moderne , ils savent eiffel pour une structure de 30 mètres de hauteur voire 50 m avec le bras ça lui fait pas peur et il imagine une solution radicalement différente, il imagine un pylône intérieur exactement comme un pilote de pau ce pylône central est composé de quatre arrête, il est renforcé sur toute sa hauteur par des croix saint-andré afin de rigidifier l’ensemble cette tour est extrêmement solide mais ce n’est pas suffisant pour résister aux intempéries éventuelles alors eiffel imagine un maillage de poutrelles secondaire plus souple ce treillis métallique peut légèrement se déformer évitant ainsi que la structure ne casse si le faire et la réponse adaptée à bien des difficultés ce matériau miracle créé d’autres complications techniques sa légèreté pose des problèmes de stabilité construction métallique est légère donc, elle peut être emporté en plus facilement que des constructions plus lourde pour lutter contre le vent la technique principal, c’est celle de la triangulation le triangle est une figure géométrique qui a la particularité d’être indéformable donc une structure en métal en triangle est indéformable pour éviter que sa structure ne plient trop fortement sous l’effet du vent eiffel agence son treillis métallique en une succession de triangle mais autre problème l’ enveloppe de cuivre est très fine en faisant pression sur la structure, elle risque de se déformer l’ingénieur ajoute alors un troisième jeu de fer plat qui s’approche au plus près de la robe ces petits faire place servent de ressort, il permet de suspendre en réalité la robe à la structure intérieure qui est rigide et lui donne la souplesse nécessaire pour tenir aux effets du vent cette structure soutenant l’enveloppent de cuivre de la statue de la liberté est composée de milliers de pièces détachées qui devront toutes être assemblées les unes aux autres un immense puzzle de fer en forme de tour en attendant ce oublié aujourd’hui que la situer les libertés est une révolution technologique et que sans , elle peut être que la tour eiffel n’existerait pas, c’est quand même le premier monument de cette taille en kit de l’histoire de l’humanité la structure d’evel validé chacune des pièces est fabriqué en un temps record en 1881 après six années de labeur acharné l’ensemble du squelette intérieur est prêt mais le plus dur reste à venir s’assurer que le système eiffel est vraiment viable bartholdi ne voulais pas avoir la responsabilité d’envoyer de la statue à new york et qu’elle s’effondre bartholdi entreprend un montage à blanc de la statue de la liberté pour éprouver la structure ce montage à blanc va se faire bien évidemment dans la cour des ateliers puisque la statue fait 46 m’a trop d’eau 350 ouvriers travaillent sans relâche pour monter les tôles de cuivre sur la structure en fer mais le puzzle ne s’emboîtent pas toujours parfaitement une imprécision pourrait compromettre tout le monument, il ya eu plusieurs essais pendant la construction de la statue à paris quand, il accrocher le parti, il devait s’assurer qu’elle tenait bien en place alors bartholdi doit faire des essais et ajuster les pièces en permanence à mesure que la statue s’élèvent les parisiens découvrent l’ampleur de ce colosse qui est alors le monument le plus haut de la capitale ou bien la statue va jouer aussi ce rôle de révélateur en quelque sorte de ces nouvelles technologies de cette nouvelle échelle qu’on est en train de mettre en oeuvre dans le monde contemporain des années 1880 pendant ce temps de l’autre côté de l’atlantique les américains s’affairent à remplir leur part du marché construire un piédestal la tâche est immense car, il faut une structure capable de soutenir un mastodonte de 220 tonnes l’équivalent de dix poids lourds, c’est richard morris hunt un architecte ultra célèbres et francophiles qui va être désigné pour réaliser cette prouesse mais avant de s’attaquer à la technique , il doit d’abord trancher la question esthétique avait une tâche difficile , il voulait créer une oeuvre en soi imposante mais, elle ne pouvait pas faire trop d’ombré à la statue de la liberté et donc, on a dû trouver la bonne formule pour exprimer un socle classique mais en même temps pas trop charger des petites le djia abandonné aussi une échelle donc , il ya eu un travail assez complexe en fait hunt s’arrête sur un pylône de 27 mètres de haut à la fois élégant et sobre mais au problème esthétique va bientôt son ajouté un autre beaucoup plus compliqué sur l’île d’eubée de l’eau existe toujours un fort massif alors où poser les fondations du piédestal à te confie ce challenge à l’ingénieur charles stone qui lui a une solution toute trouvée et donc, il met des fortifications assez classique avec numéros dans qui donnait une sorte d’écrin naturel intéressant donc, on se sert de ce set à 6 en quelque sorte ce fort, on va retravailler bien sûr tout l’intérieur notamment pour creuser les fondations nécessaires au socle une fosse 2 5 mètres de profondeur et creusé au centre de l’ancien fort pour bien répartir les forces exercées par le bois de la statue charles stone décide de donner une forme pyramidale à ses fondations avec une base deux fois plus grande que celle du futur piédestal ce socle représente 20 mille tonnes de béton et culmine à 20 mètres au centre se trouve un puits d’environ 10 mètres avec des escaliers qui permettront aux visiteurs de circuler une structure aussi titanesque que révolutionnaire et , c’est à ce moment là qu’on a imaginé peut-être la première utilisation massive du béton le béton est un matériau qui fait son apparition à ce moment là, c’était la plus grande quantité de béton jamais coulé dans l’histoire des états unis les journaux de l’époque s’amuse même à affirmer que le clae des stalles et si robuste que pour renverser la statue, il faudrait renverser l’île, elle même fin 1884 les fondations sont terminées , il faut maintenant s’attaquer au socle mais, on se heurte à un obstacle qu’il n’avait pas prévu, il est à court d’argent , il manque 100 mille dollars pour la construction du piédestal et l’élite américaine boudent le projet le chantier s’arrête net certains américains se disaient si, c’est un cadeau de la france pourquoi devons , nous payer la moitié sans n’était pas notre idée et quand, on fait un cadeau, on ne dit pas et je paye la moitié et toi l’autre moitié la situation est complètement bloquée pendant plusieurs mois le temps presse car à paris la statue a déjà été démontés et chargé sur l’isère un cargo de la marine nationale pour une traversée d’un mois le colosse est en route vers des états unis mais aucun piédestal pour l’accueillir , c’est alors que cette épopée va connaître un énième rebondissement un nouveau personnage va émerger dans cette histoire le magnet de la presse le plus influent de new york joseph pulitzer l’entrepreneur dans les journaux qui avaient fait sa fortune au midwest et qui avait racheté un journal américain au journal new yorkais assez assez co2 penser que les riches se fichait pas mal de la démocratie tout ce qui leur importait, c’était faire de l’argent pulitzer croyez vraiment dans la symbolique de la statue de la liberté militaires décident de prendre fait et cause pour la statue, il écrit des tribunes enflammées accusant publiquement les riches américains d’égoïsme et il va avoir une idée de génie interpellé directement ses lecteurs, il a lancé une souscription cependant, vous ne donnez un dollar et si , vous donnez un dollar, vous aurez votre nom en première page de journal voir son nom dans le journal , c’était la récompense en échange d’un sou donc des milliers de gens se sont empressés de faire des dons, c’est comme ça qu’il a réussi à réunir cent mille dollars dans un temps très court en seulement deux mois grâce à pully d’isère la statue de la liberté est encore une fois sauvé en mai 1885 le chantier reprend mais pour charles stone le piédestal est un défi technologique insensée à relever car, il faut trouver un moyen de le fixer à la structure dfl, il va imaginer alors une solution redoutable d’efficacité le piédestal agit comme un massif d’ancrage de la statue la statue est fixée sur un premier lit de boutre qui est relié par un deuxième jeu de poutres à mi hauteur du piédestal par un ensemble de fer plaques qui sont en tension et qui tire vers le bas la statue les tyrans verticaux décembre à plus de 17 m et permettent de bien arrimer en profondeur le colosse pour assurer sa stabilité mais dans cette épopée technologique un problème résolu en fait toujours apparaître un nouveau les pièces détachées de la statue ont été livrés depuis plusieurs mois éparpillés sur l’île, elles n’attendent qu’à être assemblé une opération qui s’avère plus compliquée que prévu , on ne pouvait pas monter d’échafaudages parce qu’il ya trop de vent dans la baie de new york la statue et les échafaudages risqué de s’entrechoquer et cela pouvait causer des dégâts ça a donc pris plus de temps de la montée à new york qu’il n’en a fallu à paris pas le choix, il faut s’adapter aux conditions extrêmes de lille les maîtres d’oeuvres mettent alors en place un système complexe de poulies les ouvriers tracts les pièces une à une et assemble cet immense puzzle en équilibre à des dizaines de mètres du sol malgré ces contraintes invraisemblable l’amérique réalise l’impossible le colosse est monté en à peine quatre mois le 28 octobre 1886 la dame éclairant le monde est inauguré des centaines de milliers de new yorkais se pressent à la pointe sud de manhattan pour découvrir la statue la plus haute du monde tout de même une fois qu’elle est réalisée des murs quesnoy qu’ils auraient un cadeau extraordinaire l’inauguration d’un lieu à des festivités bateau qui défilent feu d’artifice, c’est une grande fête qui va coûter d’ailleurs assez cher mais qui est véritablement à la hauteur d’une statue qui est d’emblée adopté par les américains en ce jour de 1886 les new yorkais aperçoivent aussi les nombreux éléments énigmatique de cette statue la torche les tables indiquant la date de l’indépendance des états unis autant de symboles qui vont directement parlé à l’imaginaire américain de fait d’avoir donné à cette déclaration d’indépendance la forme des tables de la loi de moïse était vraiment voulu ça montrait le caractère sacré de l’indépendance et de la liberté ses pieds chaîne brisée qui symbolise justement là la liberté rupture des chaînes de l’esclavagé statue de la liberté enfin par l avance, c’est à dire que la liberté philosophiquement n’est pas un acquis n’est pas quelque chose de statique , c’est l’humanité qui avance qui pourra gagner la liberté les rayons irradiant de la tête de la statue rappelle les représentations d’hélios dieu du soleil dans la mythologie grecque et confère à la dame une aura divine mais le plus impressionnant, c’est sa torche recouvertes de feuilles d’or de 24 carats la torche dans la main droite illumine le monde assombri par les dictatures sa lumière affaiblir est en quelque sorte les tyrannies au fil des ans cette figure de la liberté laisse une empreinte si forte dans les esprits qu’elle devient progressivement l’incarnation du pays lui-même mais un siècle plus tard le colosse dont les américains sont si fiers est en péril en 1984 la statue de la liberté est recouverte d’échafaudages de la tête aux pieds les armatures en fait retenant les tôles de cuivre entre, elles sont sérieusement corrodé et certaines pièces ont perdu 30% de leur épaisseur le fer et le cuivre ne font pas bon ménage le contact entre les deux métaux créer une réaction chimique qui génère de la corrosion surtout lorsqu’il ya en plus de la pluie de la neige et du vent pour les autorités américaines pas d’autre choix que de remplacer le faire couillet par un acier inoxydable au total 1800 pièces doivent être changées un chantier titanesque qui va nécessiter deux ans et 40 millions de dollars mais la corrosion n’est pas le seul problème, il en existe un autre beaucoup plus inquiétant le bras du colosse commence à s’affaisser et menace de fléchir sévèrement et la cause du mal et pour le moins inattendu bartholdi a monté la statue de la liberté , il n’aimait pas l’angle du bras par rapport au reste du corps donc, il a modifié cet angle le problème , c’est que bartoli n’a pas informé gustave eiffel de ces changements en réalité le bras n’a pas été construit exactement comme prévu initialement par eiffel, il a été déporté de 60 centimes n à peu près dans les plans originaux eiffel avait conçu une attache qui reliait le bras directement au pylône central la partie la plus solide du squelette mais tel que bartholdi l’a construit le membre est uniquement fixés sur la structure secondaire résultat le bras est incliné vers l’avant et tirent sur les poutrelles la conséquence aurait été d’un affaissement progressive du bras la torche n’aurait plus été dresser fièrement vers le ciel mais rocher, c’est terrible le symbole en prend un coup les architectes font alors passez à un choix cornélien revenir à la structure dfl ou préserver l’oeuvre de bartholdi , c’est la deuxième option qui est choisi le défi est de taille pour les scientifiques comment faire pour sauver un colosse construit cent ans plus tôt et dont les plans réel n’existe pas pour résoudre ce problème, il fallait comprendre comment la structure bougeait avec tous les efforts du vent du soleil et notamment dans des conditions de vent fort dans la baie de new york les vents peuvent atteindre 150 180 200 km à l’heure pour reconstituer la structure du colosse les architectes vont prendre des milliers de clichés la statue sera photographié sous tous les angles puis, ils vont utiliser une technologie révolutionnaire pour l’époque pendant trois ans la statue est truffé de capteurs qui mesurent la réaction de la structure aux effets du vent ces résultats vont permettre de modéliser la statue en trois dimensions et de repérer chaque point qui présente des faiblesses au niveau du bras reste à trouver la façon de pallier ses fragilités la solution qui a été retenue , c’est la pose d’une plaque en acier très rigide en tête du pylône, il le renforcement de quelques membres eurent ces renforcements extrêmement solide relie la base de l’épaule et le bras aux pylônes à trois endroits différents de façon à contrer les forces exercées par le vent mais aussi de résister au poids du bras la statue est exactement tel que bartoli l’a souhaité et elle est prête pour rester debout pour encore des siècles peu de monument dans l’histoire ont connu autant de rebondissements et d’embûches que cette statue de la liberté ce monstre de métal mélange d’acier de cuivre au de 46 m a donné du fil à retordre quelques uns des plus brillants ingénieurs français du 19e siècle de viollet le duc à gustave eiffel sans oublier évidemment son génial inventeur bartholdi qui aura passé près de vingt ans de sa vie à matérialiser ce symbole de paix et d’union bonjour .